Pénurie de personnel dans les soins de santé: l’Europe rappelle la Belgique à l’ordre

Mise à jourLa pandémie de Covid-19 “a montré que la Belgique faisait face à une pénurie structurelle de professionnels de la santé à laquelle il faut remédier”, pointe du doigt la Commission européenne dans ses recommandations par pays publiées mercredi.

Plein écran
© EPA

“Le système de santé belge est performant en matière de soins intensifs dans les hôpitaux”, reconnaît l’exécutif européen. 

“Un certain nombre de lacunes”

“Toutefois, la pandémie de Covid-19 a mis en évidence un certain nombre de lacunes affectant la résilience du système de santé lorsqu’il est confronté à une crise grave de santé publique. Elle a montré que la Belgique faisait face à une pénurie structurelle de professionnels de la santé à laquelle il faut remédier”, expose-t-elle.

Équipements de protection

L’exécutif européen note aussi la nécessité “essentielle” de garantir un approvisionnement suffisant en produits médicaux critiques, y compris en équipements de protection, en particulier pour les professionnels de la santé et les travailleurs exerçant d’autres fonctions exposées.

Stratégie de santé publique

À ses yeux, un élément important de la stratégie de santé publique sera “la mise en œuvre sans accroc” de l’accord de la conférence interministérielle Santé publique visant à mettre du personnel hospitalier et des infrastructures hospitalières (qui relèvent de la compétence fédérale) à la disposition d’établissements de soins de longue durée (qui relèvent de la compétence communautaire), comme les maisons de repos et de soins.

La Commission relève régulièrement la nécessité d’une meilleure coopération entre divers niveaux de pouvoir en Belgique.

Plein écran
© EPA
Plein écran
© EPA
Plein écran
© Photo News
Plein écran
© EPA
  1. Kidnapping à Genk: le principal suspect était sous conditions probatoires

    Kidnapping à Genk: le principal suspect était sous conditions probatoi­res

    Le principal suspect dans l'enlèvement d'un enfant limbourgeois de 13 ans, Khalid Bouloudo, 45 ans et originaire de Maaseik, a déjà été condamné pour son passé d'islamiste radical. Il avait écopé de dix ans de prison en première instance, mais la cour d'appel de Bruxelles a revu cette condamnation en mai 2019 à trois ans de prison avec sursis, couplés à une période probatoire de cinq ans. Malgré ces conditions, il semble que le quadragénaire ait disparu des radars et ait continué à recruter des extrémistes afin de monter cette récente prise d'otages.