Plein écran
Dominique Leroy, CEO de Proximus © REUTERS

Perquisitions au domicile et dans le bureau de Dominique Leroy

ProximusUne perquisition a eu lieu ce jeudi matin au domicile de Dominique Leroy, CEO de Proximus en partance, a annoncé le magazine Knack. L’instruction est liée au délit d’initié dont Mme Leroy est soupçonnée, selon des sources judiciaires.

La porte-parole du parquet Stéphanie Lagasse a confirmé qu’une enquête judiciaire vise actuellement la CEO de Proximus et que des perquisitions se sont déroulées ce jeudi en plusieurs endroits dans ce cadre.

Ainsi, une perquisition a été menée dans le bureau de la CEO au siège de Proximus, a confirmé un porte-parole de l’entreprise.

L’intéressée a ensuite elle-même confirmé les perquisitions menées à son domicile et dans son bureau. “Cela concerne un ordre de vente d’un certain nombre d’actions Proximus le 25 juillet 2019, effectué le 1er août, pour lequel la FSMA a déjà demandé des informations. Ces informations ont été transmises à la FSMA”, a-t-elle dit.

Dominique Leroy a annoncé il y a deux semaines son départ pour l’opérateur néerlandais KPN. Un mois avant cette annonce, elle a vendu pour plus de 285.000 euros d’actions Proximus. L’autorité des services et marchés financiers (FSMA, gendarme boursier) doit mener une procédure à son encontre.

Mme Leroy devait initialement rester chez Proximus jusqu’au 1er décembre, mais le conseil d’administration a finalement décidé qu’elle quitterait ses fonctions le 20 septembre, soit demain.

Son futur employeur KPN a indiqué “prendre note” des informations sur les perquisitions menées chez Mme Leroy.