Philippe Goffin, ex-ministre des Affaires étrangères et de la Défense, sous l’autorité duquel un accord avec la société Avrox pour l’achat de masques avait été passé en avril 2020.
Plein écran
Philippe Goffin, ex-ministre des Affaires étrangères et de la Défense, sous l’autorité duquel un accord avec la société Avrox pour l’achat de masques avait été passé en avril 2020. © Photo News

Perquisitions autour de l'achat de masques Avrox par l'État belge: le ministère de la Défense a-t-il été négligent?

L’accord que le gouvernement belge a conclu l’année dernière avec une obscure société luxembourgeoise pour l’achat de millions de masques buccaux en tissu est plus que suspect. Plusieurs perquisitions ont eu lieu en Europe, ce mardi, en lien avec l'achat de masques Avrox par l'État belge, dans le cadre d'une instruction ayant pour objet des préventions de faux et usage de faux, escroquerie, blanchiment et entrave à la liberté des enchères. L’accord avec Avrox avait été conclu sous l’autorité de l’ex-ministre de la Défense Philippe Goffin (MR).

  1. Une fraude lors de l’achat de millions de masques par la Belgique? La “référence” d’Avrox pose question

    Une fraude lors de l’achat de millions de masques par la Belgique? La “référence” d’Avrox pose question

    Le gouvernement belge a acheté, en juin dernier, plusieurs millions de masques à une société luxembourgeoise inconnue au bataillon. Le contrat à hauteur de 45 millions d’euros fait toujours l’objet d'une enquête. Het Laatste Nieuws s’est penché sur le dossier de son côté et a mis au jour une “facture”suspecte jusqu’ici non dévoilée. Et pour cause, elle soulève beaucoup de questions auxquelles les parties prenantes refusent de répondre. Le spectre de la fraude se précise-t-il?