Maggie De Block
Plein écran
Maggie De Block © BELGA

“Peut-être ne retrouverons-nous jamais une vie normale”

La ministre de la Santé publique, Maggie De Block, a exhorté dimanche les citoyens à faire preuve de bon sens alors que le déconfinement franchira lundi une nouvelle étape avec la réouverture des magasins.

"Réfléchissez, chaque contact peut avoir des conséquences", a-t-elle averti sur le plateau du "Zevende Dag" (VRT), en rappelant l'importance de conserver une distance entre chaque personne. Elle a visé plus particulièrement les rencontres familiales. 

"C'est difficile de ne pas prendre dans ses bras ses petits-enfants que l'on n'avait plus vus depuis si longtemps, cela va à l'encontre de nos émotions. Mais il est important de garder ses distances, même à l'intérieur". "Nous rêvons tous à la vie normale, mais nous devons nous rendre compte que nous n'aurons peut-être plus jamais une vie normale", a-t-elle ajouté.

Le virologue Sven Van Gucht, chef du service maladies virales chez Sciensano, a lui aussi exprimé ses craintes à l'égard des contacts qui ont lieu dans la sphère privée. "Les contacts à risque sont ceux avec les personnes avec lesquelles nous sommes les plus familiers. Les magasins peuvent être bien organisés: port du masque, maintien des distances, équipement pour protéger le personnel, etc. J'ai plus peur des contacts privés", a-t-il dit. 

"Le mot d'ordre doit être: restez chez vous au moindre symptôme ou après un contact avec une personne qui a des symptômes", a-t-il rappelé.

  1. Kidnapping à Genk: le principal suspect était sous conditions probatoires

    Kidnapping à Genk: le principal suspect était sous conditions probatoi­res

    Le principal suspect dans l'enlèvement d'un enfant limbourgeois de 13 ans, Khalid Bouloudo, 45 ans et originaire de Maaseik, a déjà été condamné pour son passé d'islamiste radical. Il avait écopé de dix ans de prison en première instance, mais la cour d'appel de Bruxelles a revu cette condamnation en mai 2019 à trois ans de prison avec sursis, couplés à une période probatoire de cinq ans. Malgré ces conditions, il semble que le quadragénaire ait disparu des radars et ait continué à recruter des extrémistes afin de monter cette récente prise d'otages.