Pieter De Crem, ministre de l'Intérieur
Plein écran
Pieter De Crem, ministre de l'Intérieur © Photo News

Pieter De Crem: “Une balade à vélo de 50 km, ce n’est pas possible”

Le ministre de l'Intérieur, Pieter De Crem (CD&V), n'est personnellement pas favorable à l'idée de limiter les sorties à l'extérieur dans un rayon d'un kilomètre autour du domicile. Il n'exclut toutefois pas la possibilité que le Conseil National de Sécurité de vendredi impose une restriction de distance.

Le président de la Commission permanente de la Police locale (CPPL), Nicholas Paelinck, a appelé jeudi matin à ce que le Conseil National de Sécurité clarifie les règles concernent les sorties autorisées pour marcher, courir ou faire du vélo. La recommandation actuelle est que ces sorties doivent être effectuées à partir du domicile et ne doivent pas se faire en groupe. Selon Nicholas Paelinck, cette recommandation est trop vague. "La police ne peut rien faire appliquer sur cette base. Si nous trouvons un cycliste à 50 kilomètres de son domicile, nous n'avons aucune possibilité de lui dire qu'il ne doit pas se trouver là."

En France, tous les déplacements non essentiels sont limités à 1 heure par jour et à 1 kilomètre autour du domicile. Le ministre de l'Intérieur Pieter De Crem ne considère pas cette dernière limitation comme une bonne idée. "C'est tout simplement impossible dans des endroits densément peuplés. Parfois, des centaines de personnes vivent ensemble dans des immeubles résidentiels et des immeubles à appartements. Si vous limitez la distance de leurs déplacements à 1 kilomètre, vous obtenez le contraire de ce que vous voulez: éviter les contacts", explique le porte-parole du ministre. Celui-ci souligne que la mesure n'est pas non plus soutenue par la police elle-même.

M. De Crem n'exclut toutefois pas la possibilité d'une limitation des distances. "Marcher, courir, faire du vélo ... Nous le recommandons, mais ce n'est pas le moment de faire de grandes balades. Quelqu'un qui va faire du vélo seul ne pose pas de problème. Mais si tout le monde le fait, cela peut devenir très préoccupant”.

  1. Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confinement

    Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confine­ment

    Une enquête menée par l’agence iVOX auprès de 5.000 Belges nous en apprend davantage sur le bonheur (familial) en pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Selon l’étude, nous nous disputons moins avec notre partenaire, mais plus souvent avec les enfants. Dans le même temps, nous sommes reconnaissants de pouvoir passer plus de temps avec nos familles et nous voulons améliorer nos vies après cette crise.
  2. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.