Plein écran
Illustration. © photo_news

Piquet de grève devant le dépôt du groupe Mestdagh

Les travailleurs de Mestdagh ont bloqué vendredi matin dès 6 heures l'accès au dépôt logistique de leur groupe à Gosselies. Le piquet de grève est une façon pour eux de mettre la pression sur la direction avant une nouvelle rencontre programmée cet après-midi.

Depuis l'annonce en mai dernier d'une restructuration et l'ouverture d'une procédure Renault, direction et syndicats ont multiplié les rencontres. Selon les syndicats, elles achoppent sur une série de points, dont certains sont jugés cruciaux comme la "full-polyvalence", les mutations obligatoires ou encore le volume d'heures dédiées à certains magasins.

"Nous pouvons accepter une certaine polyvalence, mais nous voulons que celle-ci soit encadrée et organisée", a notamment indiqué Evelyne Zabus, permanente CNE.

Concernant les heures de travail par magasin, les syndicats estiment que celles-ci sont souvent insuffisantes pour faire fonctionner certains magasins.

  1. “Les femmes ne veulent plus ouvrir les jambes”: le chirurgien misogyne poursuivi
    Play
    mise à jour

    “Les femmes ne veulent plus ouvrir les jambes”: le chirurgien misogyne poursuivi

    L'Institut pour l'égalité des femmes et des hommes (IEFH) va se porter partie civile contre le chirurgien plasticien Jeff Hoeyberghs, dont les propos sexistes tenus lors d'une conférence du KVHV, une association étudiante flamande conservatrice, ont suscité l'indignation. "Les déclarations de Jeff Hoeyberghs incitent à la discrimination et à la haine contre les femmes. C'est la mission de l'institut d'intervenir", a fait savoir mercredi sa directrice adjointe, Liesbet Stevens. Le conseil social de l’université de Gand a quant à lui proposé la suspension provisoire du KVHV.