Plein écran

Place à la répression pour la sécurité aux passages à niveau

  1. La députée-bourgmestre, Caroline Taquin, est aussi victime du Covid-19

    La dé­putée-bourgme­stre, Caroline Taquin, est aussi victime du Covid-19

    Selon les chiffres provisoires communiqués par l’Institut de santé publique, Sciensano, le nombre moyen de nouvelles contaminations quotidiennes au coronavirus, calculé entre le 9 et le 15 octobre, continue d’augmenter et s’élève désormais à 7.876 (+79%). Cela se ressent dans toutes les couches de la société. Les politiciens ne sont pas épargnés. Sophie Wilmès (MR), Caroline Désir (PS), Pierre-Yves Jeholet (MR) ou encore Frédéric Daerden (PS) ont tous été contrôlés positifs au Covid-19. Un nom s’ajoute à la liste.
  1. Les personnes asymptomatiques ne devront plus se faire tester
    Mise à jour

    Les personnes asymptoma­ti­ques ne devront plus se faire tester

    Face à la saturation des centres de test, les personnes asymptomatiques ne seront plus testées pour le coronavirus. C’est ce qu’ont décidé aujourd’hui les différents ministres de la santé. La quarantaine (de dix jours) est toujours obligatoire si vous avez été en contact (étroit) avec une personne testée positive. Il en va de même pour les personnes qui reviennent d’une zone rouge et ne présentent aucun symptôme. “Le système est au-delà de ses limites. Les laboratoires ne peuvent plus suivre”, confirme le virologue Steven Van Gucht sur vtm.
  2. Des indépendants en justice contre la fermeture forcée des cafés et restaurants

    Des indépen­dants en justice contre la fermeture forcée des cafés et restau­rants

    Des indépendants, restaurants, commerçants et autres, rassemblés pour la circonstance sous le nom collectif de CIMS (Collectif Indépendant Multi sectoriel) ont annoncé dimanche qu'ils introduiraient dans la semaine via un cabinet d'avocats liégeois deux recours, visant la fermeture des cafés et restaurants durant quatre semaines. Cette décision du Comité de concertation de vendredi entre en vigueur ce lundi. Les tenanciers de cafés et restaurants se sentent discriminés et estiment que la mesure n'est pas soutenue par des preuves scientifiques suffisantes.