IPSMA PS à Marcinelle (Charleroi)
Plein écran
IPSMA PS à Marcinelle (Charleroi) © Google

Plaintes à tout va, arrêts de travail, démissions... La Haute École Condorcet est en plein marasme

La Haute École Condorcet a élu le 10 décembre dernier son nouveau président-directeur. En l’occurrence, il s’agit d’une présidente-directrice puisque Axelle Leroy a récolté 299 voix. Son principal concurrent, Hubert Rémy, n’en a obtenu que 240. Ce dernier est l’actuel directeur de la catégorie paramédicale et Directeur adjoint.

Ce mardi 10 mars, une trentaine de professeurs de la Haute École Condorcet ont rangé le travail pendant une heure à Marcinelle. Ils seront suivis dans les jours qui suivent par leurs collègues de Charleroi, de Montignies-sur-Sambre, de Mons, de Morlanwelz, de Saint-Ghislain, d’Ath et de Tournai.

Si ce mouvement d’opposition est né, c’est parce que le personnel enseignant a l’impression que personne en haut lieu ne souhaite voir Axelle Leroy prendre ses fonctions de Présidente-Directrice. Or, elle a été élue démocratiquement pour ce poste.

D’habitude, le Pouvoir Organisateur (PO) suit toujours les résultats de l’élection et le Conseil de Gestion valide ce choix avant même les vacances de Noël. Ici, ce n’est pas le cas.

Nouvelle procédure

Le député provincial en charge de l’Enseignement, Eric Massin (PS), s’en explique: “Auparavant, il n’y avait aucune procédure particulière par rapport à ces élections. Mais depuis environ deux ans, un décret sur la gouvernance des Hautes Écoles est sorti pour baliser tout cela. Pour procéder à la désignation d’un nouveau Directeur-Président, une élection doit se tenir en interne. Mais ce vote est simplement une indication du choix opéré par les enseignants. Ce ne sont pas eux qui décident de la désignation, mais le Pouvoir Organisateur. En l'occurrence, ici, la Province du Hainaut. Comme le Conseil Provincial n’a pas fait de délégation au Collège Provincial pour sa nomination, c’est lui-même qui s’en chargera.”

Celui-ci prendra une décision le 31 mars prochain. “Le vote aura lieu à huis-clos et à bulletin secret” assure notre interlocuteur. Avant cela, la candidate élue se présentera devant la première Commission de l’Enseignement le 25 mars: “Comme pour tous les inspecteurs généraux” précise le socialiste. “Elle sera invitée à présenter son plan stratégique pour l’école car elle n’est pas connue du Conseil Provincial.”

Quid si elle ne convainc pas? “Je suppose qu’il faudra reprendre la procédure à zéro. Si c’est le cas, nous nous retournerons vers notre cabinet d’avocats pour voir ce qu’il conviendra de faire. Mais je ne m’imagine pas qu’on en arrive là. Je ne le souhaite pas. Je m’attends à ce qu’elle soit désignée.”

Opposant

Cela aurait en tout cas le bon ton de calmer la contestation au sein de Condorcet. Car une majorité du personnel ne veut pas du deuxième candidat, Hubert Rémy. Selon nos informations, ce dernier était pourtant le favori des directeurs. Une fois qu’il a appris qu’il n’avait pas été choisi, il s’est mis à déposer plusieurs plaintes à l’adresse de professeurs. Pas des plaintes internes, non. Des plaintes auprès de la police pour calomnie et diffamation lors de la campagne électorale.

Un proche collaborateur d’Hubert Rémy a, lui aussi, déposé une plainte à l’encontre d’un professeur pour menaces de mort et intimidations.

Désamour

Une cause majeure explique le désamour entre les deux parties: le chef d’implémentation de la section paramédicale, Efstratios Anagnostou. Plusieurs profs s’en sont plaints auprès d’Hubert Rémy. Efstratios Anagnostou se serait rendu coupable de harcèlement, de menaces, de crises de colère... Pour citer un exemple, une enseignante ne voulait plus prester qu’à mi-temps au sein de l’école car elle avait trouvé une autre activité ailleurs. Efstratios Anagnostou lui aurait alors demandé les cours qu’elle voulait garder... pour finalement, lui donner tous ceux dont elle ne voulait plus. L’enseignante a démissionné.

Elle n’est pas la seule à avoir rendu son tablier. En deux ans et demi, trois autres de ses collègues sont partis de leur plein gré. Le dernier départ en date a eu lieu au mois de janvier. Or, Hubert Rémy a toujours soutenu son chef d’implémentation.

Apaisement

Toutefois, le Collège de Direction aurait décidé il y a peu de mettre celui-ci à l’écart afin de ramener la sérénité. Efstratios Anagnostou était récemment sous certificat médical pour cause de burn-out. Aux dernières nouvelles, il était toujours absent. Pour information, il a aussi déposé plainte contre Axelle Leroy. 

Maître assistante à Condorcet, Axelle Leroy est chargée de cours et chargée de recherche à l’Université Libre de Bruxelles (ULB). Via son compte Linkedin, elle s’est montrée plutôt optimiste sur la suite des opérations: “Chers vous tous, j’ai le plaisir de vous annoncer que ce jeudi 6 février, le Collège Provincial du Hainaut a, à l’unanimité, validé mon élection comme Directrice-Présidente de la Haute École Condorcet. Le Conseil Provincial devra encore la ratifier. Ce sera le cas dans quelques semaines. Je me réjouis d’être bientôt à vos côtés! Axelle.” 

Si tout va bien, elle doit entrer en fonction comme Directrice-Présidente de la Haute École Condorcet le 1er mai 2020.

  1. “Rouvrir les écoles en premier, l’horeca en dernier”

    “Rouvrir les écoles en premier, l’horeca en dernier”

    Il faudra en premier lieu rouvrir les écoles, graduellement cesser le télétravail, et puis après rouvrir les cafés et restaurants, estime la ministre de l’Economie Nathalie Muylle (CD&V) en évoquant un retour à la normale après la pandémie de Covid-19. “C’est pourquoi nous devons soutenir au maximum le secteur horeca: nous oeuvrons avec chaque secteur à des mesures spécifiques pour rendre la relance possible”, assure-t-elle lundi dans Het Laatste Nieuws.