Plein écran
© photo_news

Pluies abondantes et risque d'orages pour ce dimanche

Dimanche, le temps sera d'abord pluvieux avec des précipitations parfois abondantes, surtout sur le centre et l'est du pays. 

En cours de journée, le temps deviendra plus sec à partir de l'ouest avec des éclaircies progressivement plus larges. 

Sur le sud-est du pays, des averses ou orages resteront possibles jusqu'en fin d'après-midi avec un risque de fortes bourrasques sous les orages. Les maxima seront compris entre 18° et 22°. Le vent sera généralement faible de directions variables. En Ardenne, il deviendra modéré à assez fort de sud-ouest avec des rafales de 65 à 75 km/h. En cours d'après-midi, il deviendra finalement modéré d'ouest à sud-ouest dans toutes les régions.

Le temps redeviendra sec cette nuit

Dans la nuit, le temps redeviendra sec dans la plupart des régions avec de larges éclaircies. Des bancs de nuages bas pourront se former en Ardenne et une petite ondée pourra éventuellement se produire en seconde partie de nuit dans la région côtière. Les minima seront compris entre 7° ou 8° sur les hauts plateaux de l'Ardenne et 15° en bord de mer. Le vent sera faible à modéré d'ouest à sud-ouest, le long du littoral parfois assez fort.

Le retour du soleil la semaine prochaine

En revanche, la semaine prochaine s'annonce plus calme et généralement sèche avec du soleil et des passages nuageux. Les maxima seront en hausse, passant de 21° à 25° en fin de semaine. 

  1. Combien une vie vaut-elle? “Il faut d’urgence poser des limites aux firmes pharmaceutiques”

    Combien une vie vaut-el­le? “Il faut d’urgence poser des limites aux firmes pharmaceu­ti­ques”

    Le cas de la petite Pia, pour laquelle les parents ont dû lancer une vaste campagne de dons par SMS, dévoile le pouvoir quasi absolu des firmes pharmaceutiques quant au tarif fixé pour les formules qu’elles commercialisent. Les centaines de milliers d’euros, voire les millions demandés donnent le vertige et poussent des patients désespérés à faire appel à la générosité du public car les gouvernements rechignent à payer la note. “Nous devons d’urgence poser des limites à l’industrie pharmaceutique car sinon, où les firmes s’arrêteront-elles?”.