Plein écran

"Plus d'avions poubelles à l'aéroport de Bruxelles"

Plein écran

L'accident survenu dimanche à l'aéroport de Bruxelles doit rappeler à toutes les autorités publiques l'indispensable prise en compte, à tous les stades de la décision concernant la gestion du trafic aérien, du principe de précaution basé sur une sécurité maximale des passagers, des équipages et des population survolées, a affirmé lundi le ministre bruxellois de l'Economie et de l'Emploi Benoît Cerexhe.

"En toutes circonstances, doit primer le principe de précaution qui veut que les pouvoirs publics prennent toutes les mesures nécessaires pour éviter d'autres accidents aux conséquences hautement plus dramatiques", a-t-il souligné lundi matin.

Aux yeux du ministre cdH du gouvernement bruxellois, à l'heure où le gouvernement fédéral se prépare à redéfinir le plan de gestion du trafic aérien, la détermination des routes au départ et à l'arrivée du Brussels Airport doit donc se faire en tenant compte de la densité des populations survolées pour minimiser les risques pour celles-ci en cas d'incidents.

Par ailleurs, Benoît Cerexhe a estimé que les plans d'utilisation des pistes devaient s'appuyer sur les critères de sécurité maximale pour les avions, leur équipage et les passagers à bord. Ce sont toujours les pistes 07/25 (ndlr droite et gauche), plus longues et planes, qui offrent les conditions de sécurité maximale au départ et à l'arrivée de l'aéroport.

Comme l'ont souligné dimanche des comités de riverains et des bourgmestres francophones de communes de la périphérie est de l'aéroport, le ministre bruxellois considère que l'accident survenu ce dimanche "démontre une nouvelle fois le caractère totalement inapproprié de la piste 02/20, plus courte et plus dangereuse. La piste 02/20, sur-utilisée à des fins politiques ces dernières années, est et devra rester une piste subsidiaire à n'utiliser que lorsque les conditions de vent l'imposent", a-t-il insisté.

Benoît Cerexhe a enfin demandé l'interdiction des "avions poubelles" sur l'aéroport de Bruxelles. Pour lui, il est temps que les autorités publiques limitent l'accès du Brussels Airport aux avions les plus nocifs pour les populations riveraines. "Cela fait de nombreuses années que la compagnie Kalitta Air est particulièrement visée pour dépassement régulier des normes de bruit imposées par la Région bruxelloise", a-t-il conclu. (belga)