Pieter De Crem.
Plein écran
Pieter De Crem. © Photo News

Plus de 30 Belges attaquent l'État et le ministre De Crem sur les mesures de confinement

Plus de 30 Belges poursuivent en justice l’État belge et le ministre de l’Intérieur Pieter De Crem (CD&V). Selon eux, les mesures prises pour lutter contre le coronavirus sont contraires à la Convention européenne des droits de l’homme. Ils exigent que ces mesures soient levées immédiatement, rapportent certains journaux flamands.

L’avocat Michael Verstraeten représente les plaignants. Selon lui, les mesures ont “simplement” été copiées sur la Chine, sans avoir une connaissance suffisante du virus et sans tenir compte de la Convention européenne des droits de l’homme. “Si vous voulez restreindre les droits et les libertés des gens, vous devez fixer un objectif concret pour protéger la santé publique”, selon le Nieuwsblad.

Les plaignants réclament une compensation symbolique de 1 euro. Michael Verstraeten s’attend à ce que l’affaire soit traitée d’ici quelques semaines. Le ministre Pieter De Crem n’est pas encore au courant de l’assignation à comparaître, mais les autorités argumenteront si nécessaire le processus de décision, affirme son cabinet.

  1. Une quarantaine en labo sous supervision de virologues: la solution de Marc Van Ranst pour le chat péruvien

    Une quarantai­ne en labo sous supervisi­on de virologues: la solution de Marc Van Ranst pour le chat péruvien

    Le désormais célèbre virologue Marc Van Ranst a communiqué à l’avocat de Selena Ali, la propriétaire du chat péruvien, que son laboratoire de l’université de Louvain pouvait se charger de la quarantaine de Lee. “Vu que la rage est une maladie excessivement mortelle, et qu’elle nécessite des précautions extrêmes, une période de quarantaine peut être nécessaire”, résume-t-il en ajoutant qu’il est hautement improbable que le petit chat développe la maladie ultérieurement.