Plein écran
Quelque 300 personnes ont manifesté pour réclamer un effort accru du monde politique belge et européen en faveur de la sauvegarde du climat. © BELGA

Plus de 300 personnes à Bruxelles pour réclamer des actions concrètes en faveur du climat

Quelque trois cents personnes ont pris part dimanche, place Jean Ray à Bruxelles, à une manifestation pour réclamer un effort accru du monde politique belge et européen en faveur de la sauvegarde du climat.

Plein écran
© BELGA

"La Banque centrale européenne va injecter 240 milliards d'euros dans l'économie, mais pour créer une banque pour le climat, il n'y aurait pas d'argent?", se sont offusqués les manifestants, réunis à l'appel de l'organisation Rise for Climate.

"Vendredi, des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues pour le climat", ont rappelé les organisateurs devant la foule. "Cela a fait la Une de tous les journaux. C'est bien, mais ce n'est pas suffisant. Nous exigeons des mesures concrètes des autorités belges mais aussi européennes. À partir d'aujourd'hui, la Belgique a encore 100 jours pour déposer un plan climat ambitieux. Le précédent était totalement insuffisant, un fouillis de mesures isolées sans aucune vue d'ensemble. Cela doit changer".

Pour insister sur ce délai de 100 jours, les manifestants ont tapé dimanche cent fois dans leurs mains. Ceux-ci ont également tenu à dénoncer l'attitude des autorités européennes face à l'urgence climatique. "Le climat est paraît-il une priorité, mais le budget européen pour financer des mesures climatiques va diminuer ces prochaines années de 1,3%", selon les organisateurs. 

Ceux-ci réclament dès lors que les 240 milliards d'euros que la Banque centrale européenne s'apprête à injecter dans l'économie soit plutôt orientés vers des mesures pour le climat, ce qui pourrait aussi créer de l'emploi.
Ils demandent aussi la mise sur pied d'une banque pour le climat avec un capital de 300 milliards d'euros, et qu'il soit interdit aux banques privées d'encore investir dans les énergies fossiles.

Plein écran
© BELGA
  1. “Maëlle, ce n’était pas du harcèlement scolaire”, elle n’est pourtant pas la seule de l’école

    “Maëlle, ce n’était pas du harcèle­ment scolaire”, elle n’est pourtant pas la seule de l’école

    À la fin du mois de janvier, Maëlle (15 ans) a décidé de se donner la mort. Elle faisait l’objet d’un harcèlement de la part de plusieurs élèves du Centre Scolaire Saint-Joseph Notre-Dame à Jumet (Charleroi). Toute l’école a été particulièrement affectée par cet événement. L’enquête judiciaire est toujours en cours. Pour l’instant, le Parquet de Charleroi se refuse à tout commentaire.
  2. L'expérience sociale sur le coronavirus victime de détournements

    L'expérien­ce sociale sur le coronavi­rus victime de détourne­ments

    La vidéo de l’initiative citoyenne “Would You React?” consacrée au racisme anti-asiatique en lien avec le coronavirus Covid-19 et tournée dans le métro bruxellois fait l’objet de détournements sur les réseaux sociaux, alerte dimanche son auteur, Jonathan Lambinet. Suite aux milliers de vues d’une publication trompeuse, l’Agence France-Presse (AFP) y a même consacré vendredi un article de fact-checking, recadrant la caméra cachée qui met en scène des actrices à la base des -fausses- agressions.