Pascal Smet, secrétaire d'État bruxellois en charge de la Lutte contre l'Incendie et l'Aide médicale urgente.
Plein écran
Pascal Smet, secrétaire d'État bruxellois en charge de la Lutte contre l'Incendie et l'Aide médicale urgente. © BELGA

Pompiers attaqués dans les Marolles: “Les auteurs doivent être sanctionnés rapidement”

Pascal Smet (one.brussels-sp.a), le secrétaire d'État bruxellois en charge de la Lutte contre l'Incendie et l'Aide médicale urgente, a demandé lundi à la police et à la justice de réprimer avec force et plus rapidement les auteurs d'attaques, ce week-end dans le quartier bruxellois des Marolles, contre les pompiers et les services d'urgence. Il demande aussi de renouer la chaîne de la prévention dans les quartiers.

  1. Les négociateurs entrent dans le vif du sujet, Sophie Wilmès vice-Première?
    Formation fédérale

    Les négocia­teurs entrent dans le vif du sujet, Sophie Wilmès vi­ce-Première?

    Les négociateurs pour la formation du nouveau gouvernement fédéral ont repris leurs travaux samedi vers 10h30 au Palais d'Egmont, à Bruxelles, en abordant les dossiers parmi les plus sensibles. Dans le casting qu'ils espèrent pouvoir trancher avant lundi matin, l'actuelle Première ministre, Sophie Wilmès, pourrait prendre le poste de vice-Première ministre MR, a-t-elle confié à la VRT.
  1. Les gérants de night-shops manifesteront dimanche à Bruxelles contre la fermeture anticipée

    Les gérants de night-shops manifes­teront dimanche à Bruxelles contre la fermeture anticipée

    Les gérants de magasins de nuit se mobiliseront dimanche à Bruxelles contre l'heure de fermeture anticipée. En raison de la crise du coronavirus, ils sont obligés de fermer les portes de leur commerce dès 22h00. "Nous voulons que notre secteur soit traité sur un pied d'égalité avec celui de la restauration et des stations-service", ont déclaré les organisateurs de la manifestation.
  2. Zoë ne porte pas de masque pour des raisons médicales, son école la traite comme “un paria”

    Zoë ne porte pas de masque pour des raisons médicales, son école la traite comme “un paria”

    L’Institut d’Agriculture et d’Horticulture d’Oedelem, en Flandre occidentale, est sans pitié pour une jeune fille de 15 ans qui, pour des raisons médicales, ne doit pas porter de masque buccal à l’école. Zoë Van Eekel doit s’asseoir au fond de la classe derrière une vitre en plexiglas, n’est pas autorisée à aller aux toilettes si quelqu’un d’autre est présent et doit garder une distance d’un mètre et demi avec tout le monde. Furieux, ses parents ont décidé de la garder à la maison. “Notre fille est traitée comme un paria”, regrette son père Cédric.