Plein écran
Illustration. © photo_news

Pour la N-VA, "le bilinguisme à la SNCB reste un défi"

Quelque 1.500 conducteurs de train de la SNCB doivent suivre une formation en langue afin d'atteindre le niveau de connaissance exigé, ressort-il d'une réponse du ministre de la Mobilité François Bellot à une question de la parlementaire N-VA Inez De Coninck. En ce qui concerne le personnel des cabines de signalisation, 800 travailleurs sont concernés. Malgré tout, les incidents liés à un problème de langue sont peu nombreux, assure le ministre.

La SNCB compte actuellement 3.200 conducteurs de train, dont 2.100 travaillent dans 2 ou 3 Régions. Après examen, il est apparu que 600 d'entre eux disposent des connaissances linguistiques requises, les 1.500 autres devant suivre une formation.

Parmi le personnel des cabines de signalisation, ce sont 800 travailleurs qui sont concernés par ce type de formation. Infrabel compte 33 cabines en Belgique où travaillent quelque 1.350 personnes.

Selon le ministre, les incidents liés à un problème de langue restent néanmoins très peu fréquents. Entre 2011 et 2019, seuls 6 cas ont été signalés, grâce notamment aux nouveaux systèmes de sécurité qui limitent les contacts entre conducteurs de train et personnel des cabines de signalisation. 

  1. Un dealer belge risque l’exécution en Thaïlande: “Ici, il aurait à peine eu une amende”

    Un dealer belge risque l’exécution en Thaïlande: “Ici, il aurait à peine eu une amende”

    Danny V.D.V., un Belge de 57 ans, risque une lourde peine d’emprisonnement voire même la peine de mort pour avoir dealé de la cocaïne en Thaïlande, où il est installé depuis longtemps. La famille et les amis du Belge s’inquiètent: “Une exécution? Allez, franchement! Ici, un dealer reçoit une amende, ou peut-être un bracelet électronique, quand même pas une injection létale!”.