Plein écran
Pierre-Yves Dermagne © Photo News

Pour le cdH, “l'indépendance des experts mandatés par Enodia pose question”

"Je n'ai pas retrouvé, dans les deux audits demandés par Enodia, les mêmes conclusions que celles auxquelles sont arrivés les experts indépendants que nous avons mandatés", a affirmé mercredi le ministre wallon des Pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne, interrogé sur les suites du dossier Nethys par plusieurs parlementaires en séance plénière du Parlement de Wallonie.

"J'ai eu accès, mardi soir, à ces documents. Je dois dire que je n'y ai pas retrouvé les analyses des experts que nous avons mandatés", a souligné le ministre en insistant sur l'indépendance des conseils désignés par la Région "qui n'ont aucun lien professionnel avec les acteurs du dossier". "J'ai cru comprendre que ce n'est pas le cas des experts à la base des audits reçus par Enodia", a déclaré Pierre-Yves Dermagne.

L'intercommunale liégeoise, maison-mère de Nethys, a commandé ces 2 audits, analysés mardi au cours d'un conseil d'administration marathon, au cabinet d'avocats d'affaires Matray et au consultant financier BDO, lui-même réviseur de Mithra, la société pharmaceutique de François Fornieri à qui étaient promises les filiales Win et Elicio.

“Stricte légalité, selon Nethys

Selon Nethys, ces rapports démontrent notamment "la stricte légalité et la pertinence des opérations menées". "Le conseil d'administration de Nethys a pu constater avec satisfaction que le travail réalisé par BDO confirmait les analyses et valorisations effectuées par McKinsey, mettant ainsi un terme à diverses polémiques malsaines et procès d'intention auxquels l'entreprise a dû faire face durant les dernières semaines", s'est ainsi félicitée la société mardi soir.

Des compléments d'analyse sont toutefois attendus pour jeudi, le statut particulier de Nethys - une Société publique à participation locale significative - n'ayant pas été pris en compte. "L'instruction se poursuit. Nous suivons, jour après jour, heure par heure les nouveaux éléments de ce dossier", a encore assuré le ministre Dermagne. "Il appartient aujourd'hui aux différentes structures, aux membres des conseils d'administration d'Enodia et de Nethys, de se conformer aux arrêtés d'annulation et d'en tirer les conclusions. Je ne comprendrais pas que leçon n'en soit pas tirée", a-t-il ajouté en balayant une nouvelle fois la demande de l'opposition d'envoyer un commissaire spécial du gouvernement.

“Casse du siècle”

"Je le redis: je ne suis pas en mesure aujourd'hui d'envoyer un commissaire spécial au sein des structures concernées", a ainsi rétorqué le ministre au chef de groupe cdH, François Desquesnes, qui estimait que seule la désignation d'un commissaire spécial permettrait que les membres du CA de Nethys ne quittent pas l'entreprise avec un parachute doré. "C'est le seul moyen d'éviter que le casse du siècle se déroule sous nos yeux", avait-il estimé au cours des débats.

Une assemblée générale extraordinaire de Nethys a été convoquée vendredi midi. Elle prendra acte de la démission des administrateurs de Nethys, en nommera de nouveaux et demandera au nouveau conseil d'administration la révocation du management actuel, dont Stéphane Moreau.