Archives.
Plein écran
Archives. © Photo News

Pour les maisons de repos, “il faut faire vite, très vite”

Vincent Fredericq, secrétaire général de la Femarbel, la fédération des maisons de repos de Belgique, tire la sonnette d’alarme sur la situation dans les maisons de repos. Deux mesures urgentes doivent être prises selon le secteur: d’une part, garantir et accélérer l’arrivée du matériel de protection pour le personnel de soin, et, d’autre part, protéger et dépister l’ensemble de ce dernier. “On n’arrivera sans doute pas à une situation comme en Espagne, mais on va s’en approcher très vite si ces deux mesures d’urgence ne sont pas prises”, nous explique-t-il. Rien qu’à Bruxelles et en Wallonie, 60.000 personnes résident en maison de repos et 40.000 y travaillent.

“En ce qui concerne le matériel, on doit souligner que les ministres compétents tant en Wallonie qu’à Bruxelles font le maximum. Maintenant les livraisons doivent continuer”, souhaite M. Fredericq, qui pointe quelques problèmes dans l’acheminement du matériel de protection. “Vous imaginez bien que les maisons de repos n’ont pas attendu avant-hier pour commander du matériel. Le problème, c’est qu’il y a de très grosses commandes qui se sont retrouvées saisies à Roissy, les autres en Espagne. La dernière, c’était à Amsterdam.... Il faut maintenant que les commandes arrivent le plus vite possible là où elle doivent arriver: dans les établissements pour protéger le personnel, les résidents et les patients”, insiste-t-il, précisant par ailleurs recevoir “quasiment toutes les heures des propositions plus ou moins sérieuses à des prix inouïs de gens qui essayent de profiter de la situation”. 

Si les visites sont désormais interdites dans les maisons de repos, le personnel soignant continue lui de rentrer chez lui après ses heures de travail: il risque donc de ramener le virus chez lui. “Le personnel doit être protégé et rassuré. Il faut les comprendre. Il y a des établissements où le virus est entré, on le sait (récemment à Flémalle, NDLR). Notre grande crainte, c’est que les membres du personnel soignant, par peur - légitime - d’être infecté et de contaminer leur famille, ne viennent plus. C’est ce qui s’est passé en Espagne (pour rappel, des militaires ont découvert des personnes âgées abandonnées, parfois mortes dans leur lit, dans des établissements frappés par l’épidémie, NDLR).

Le dépistage massif du personnel de soin, une “urgence absolue”

“On n’arrivera pas à une situation comme en Espagne, où l'on a assisté à une désertion totale du personnel mais on va s’en approcher si on ne fait rien”, insiste-t-il, soulignant un meilleur encadrement des personnes âgées dans notre pays. “Quantitativement, il y a aussi plus de personnel dans les maisons de repos en Belgique qu’en France ou en Espagne.”

“L’urgence absolue” aujourd’hui selon M. Fredericq, c’est d’augmenter le volume des tests et de dépister en priorité le personnel de soin au contact des résidents et des patients. “Sinon, on n’aura plus personne pour encadrer les résidents et l’on aura des drames à la française ou à l’espagnole.” 

“On n’est pas encore dans le drame. Mais il faut faire vite, très très vite”

Vincent Fredericq l’assure: le personnel des maisons de repos ne jouit d’aucune priorité dans le dépistage. Plusieurs témoignages vont dans ce sens, dont celui-ci: “une infirmière fébrile s’est  directement rendue dans un hôpital du Hainaut occidental. Réponse: ‘on ne teste que le personnel de l’hôpital, pour les maisons de repos c’est non sauf urgence. Conséquence directe: le médecin traitant prolonge le certificat médical de 21 jours.” 

“Sans vouloir polémiquer avec l’ordre des médecins”, le secrétaire général de la fédération constate par ailleurs une “émergence de certificats médicaux qui pourraient être délivrés de manière plus rigoureuse”.

Tous ces facteurs font que le taux d’absentéisme chez le personnel soignant est en voie d’augmentation “et cela peut devenir exponentiel s’il n’y a pas une réaction immédiate pour le protéger. On n’est pas encore dans le drame. Mais il faut faire vite, très très vite", presse enfin Vincent Fredericq.

  1. “Rouvrir les écoles en premier, l’horeca en dernier”

    “Rouvrir les écoles en premier, l’horeca en dernier”

    Il faudra en premier lieu rouvrir les écoles, graduellement cesser le télétravail, et puis après rouvrir les cafés et restaurants, estime la ministre de l’Economie Nathalie Muylle (CD&V) en évoquant un retour à la normale après la pandémie de Covid-19. “C’est pourquoi nous devons soutenir au maximum le secteur horeca: nous oeuvrons avec chaque secteur à des mesures spécifiques pour rendre la relance possible”, assure-t-elle lundi dans Het Laatste Nieuws.