Plein écran
© BELGA

Pourquoi la manifestation pour Ibrahima a-t-elle été autorisée? “Il valait mieux encadrer”

Le président du MR, Georges-Louis Bouchez, a appelé, mercredi en fin de journée, sur Twitter, le bourgmestre de Saint-Josse-ten-Noode à s'expliquer sur l'autorisation donnée pour la manifestation visant à dénoncer le décès du jeune Ibrahima dans les mains de la police, qui a réuni environ 500 personnes en pleine crise sanitaire. Emir Kir répond avoir agi sur les conseils de la police, qui préférait encadrer une manifestation que réagir à un rassemblement non autorisé.

  1. Heurts à Bruxelles: quinze policiers blessés, dont quatre hospitalisés et trois sous le choc
    mise à jour

    Heurts à Bruxelles: quinze policiers blessés, dont quatre hospita­lisés et trois sous le choc

    En plus des 4 policiers transportés à l’hôpital durant les troubles, 11 policiers ont signalé avoir été blessés en fin d’intervention et 3 agents qui étaient dans le commissariat incendié près de la place Liedts sont en état de choc, a indiqué jeudi une porte-parole de la police de Bruxelles-Nord (Schaerbeek, Saint-Josse-ten-Noode et Evere) en rapport avec les heurts qui ont suivi la manifestation pour Ibrahima, le jeune de 23 ans décédé à la suite d’une interpellation samedi soir. Pour le manifestant blessé lors des heurts de la place Liedts et transporté à l’hôpital, ses blessures n’ont pas été précisées, mais ses jours ne sont pas en danger.
  2. L'horeca bruxellois au Mont des Arts pour réclamer plus d'aides de la Région

    L'horeca bruxellois au Mont des Arts pour réclamer plus d'aides de la Région

    Des représentants de l'horeca bruxellois - cinquante maximum, mesures sanitaires obligent - se sont rassemblés vendredi à 15h00 au Mont des Arts pour dénoncer l'insuffisance des aides financières de la Région-capitale. Autour du Collectif "Union Horeca Bruxelles", ils ont déployé une bâche géante "Commerces à remettre" au nom des quelque 600 brasseries et cafés signataires, pour attirer l'attention des politiques.
  3. Les gouvernements examinent le dernier conseil du GEMS: “Interdire les voyages non essentiels ou mettre en quarantaine chaque voyageur”

    Les gouverne­ments examinent le dernier conseil du GEMS: “Interdire les voyages non essentiels ou mettre en quarantai­ne chaque voyageur”

    Les gouvernements examinent aujourd’hui les dernières recommandations du GEMS (Groupe d’Experts de stratégie de crise pour la Covid-19). Les experts conseillent soit d’interdire les voyages non essentiels, soit - si cela n’est pas possible - de tester et de mettre en quarantaine chaque voyageur, quelle que soit la durée de son voyage. Il est possible que la décision finale soit un compromis entre les deux.
  4. Pfizer fait son mea culpa: “On ne peut pas fabriquer plus de vaccins en appuyant simplement sur un bouton”

    Pfizer fait son mea culpa: “On ne peut pas fabriquer plus de vaccins en appuyant simplement sur un bouton”

    Pfizer a fait son mea culpa concernant la communication confuse autour de la lenteur de la livraison du vaccin. “Dans un monde idéal, nous aurions communiqué plus tôt et mieux”, a déclaré le PDG de la société. Dans les maisons de retraite, la campagne de vaccination se poursuit dans les temps. Dans les hôpitaux par contre, elle risque de démarrer plus lentement à cause des 7.000 doses manquantes.
  1. Victoria, étudiante de 18 ans, parle de la souffrance de sa génération: “Nous sommes prêts à respecter vos mesures, mais permettez-nous de revivre”

    Victoria, étudiante de 18 ans, parle de la souffrance de sa génération: “Nous sommes prêts à respecter vos mesures, mais permettez-nous de revivre”

    Victoria, étudiante de 18 ans à l’ULB, a partagé un véritable appel à l’aide sur Facebook. Dans une lettre ouverte, elle évoque l’impact psychologique des cours à distance et redoute un nouveau confinement. “J’évite de parler de dépression et de suicides, mais s’il faut encore confiner, limiter les contacts et rajouter des mesures, vous devez vous y attendre”, écrit-elle.
  2. La police a fait usage de balles en caoutchouc lors des émeutes à Bruxelles

    La police a fait usage de balles en caoutchouc lors des émeutes à Bruxelles

    La police de Bruxelles-Nord (Schaerbeek, Saint-Josse-ten-Noode et Evere) a fait usage de balles en caoutchouc, mercredi soir, contre des fauteurs de troubles lors des heurts qui ont suivi la manifestation pour la mort d'Ibrahima, selon une information des journaux De Morgen et Het Laatste Nieuws confirmée vendredi soir par une porte-parole de la police locale. Cette dernière ne donne pas plus de précisions sur l'usage des flash-ball pour des raisons opérationnelles.
  1. Assiste-ton au grand retour du string apparent ?
    Play

    Assiste-ton au grand retour du string apparent ?

    17 janvier
  2. Sylvester Stallone croque un cœur humain
    Play

    Sylvester Stallone croque un cœur humain

    17 janvier