Plein écran
© Photo News

Pourquoi le roi a-t-il choisi Didier Reynders et Johan Vande Lanotte?

Le roi Philippe a nommé Didier Reynders (MR) et Johan Vande Lanotte (sp.a) informateurs. Un choix qui peut étonner à première vue: les deux partis ne sont pas, en effet, les grands vainqueurs de ces élections. Explications. 

Le vice-Premier ministre Didier Reynders (MR) et l’ex-vice Premier ministre Johan Vande Lanotte (sp.a) ont été désignés informateurs par le roi Philippe. Un francophone et un néerlandophone chargés de rendre un premier rapport pour le 6 juin prochain. Le choix d’un duo reflète déjà la complexité de la situation, a résumé le politologue Pascal Delwit sur le plateau du JT de RTL: 

C’est clairement un signe qu’il n’y avait pas une personne ‘plus petit dénominateur commun’ après les différents interlocuteurs-trices rencontré(e)s cette semaine. Le Roi a contourné ce problème en prenant d’emblée deux personnalités pour déminer le terrain”, confie l’expert de l’ULB.

Pourquoi le MR et le sp.a?

Pourquoi ce choix? Le MR et le sp.a ne sortent pas vainqueurs, en effet, des élections. Là encore, la logique a été respectée. L’expérience de ces deux personnalités, également: 

Il y a une certaine logique car ce sont les deux principales familles politiques. Le ‘PS - sp.a’ est la première famille politique, le MR-Open VLD, la deuxième. Le point particulier est que le MR est le deuxième derrière le PS et le sp.a est derrière l’Open VLD. Le Roi n’a pas pris le risque d’être dans l’innovation est de prendre parmi les vainqueurs. Face à la situation complexe, il a choisi deux personnes d’expérience (…) Les deux ont déjà exercé des missions confiées par le Roi. Ce sont des personnalités qui ont un gros parcours politique derrière elles. C’est un avantage, mais c’est aussi peut-être un inconvénient”, observe Pascal Delwit.

Deux hommes d’expérience

À 63 ans, Johan Vande Lanotte possède une longue carrière politique. Il a entamé sa carrière fédérale en 1991 en tant que député. Il a été vice-Premier ministre dans trois gouvernements, ministre de l’Intérieur, du Budget et de l’Économie. Il a également été à la tête de son parti, le sp.a (socialistes flamands), pendant deux ans. En 2010, désigné par le roi Albert II, il avait déjà accepté une mission de conciliation pour tenter d’aboutir à la formation d’une coalition fédérale. Sans succès. 

Vétéran de la politique belge, Didier Reynders est ministre depuis 1999. En 2007, il avait déjà été nommé informateur par le roi, après la victoire des libéraux francophones. Il avait tenté à l’époque de mettre sur pied une coalition orange bleue, pour réunir les libéraux (MR/Open VLD) et les sociaux-chrétiens (cdH/CD&V). Sans succès.

Plein écran
© Photo News
Plein écran
© Photo News