Plein écran
Le centre fermé de Vottem. © photo_news

Préavis de grève au centre fermé de Vottem

Les représentants du personnel du centre fermé pour personnes en séjour illégal de Vottem (Liège) ont déposé un "préavis d'actions" qui entrera en vigueur lundi, annonce le front commun syndical CGSP-CSC-SLFP dans un communiqué commun. Les travailleurs veulent ainsi dénoncer "l'état de dégradation du bâtiment."

"Depuis des années, nous demandons que ces réparations, plus que nécessaires, soient faites et nous ne voyons rien venir, au contraire, nous ne voyons que plus de dégradations", s'insurgent les syndicats. "De plus, le manque de personnel, aussi bien au niveau de l'équipe de sécurité, que de l'équipe administrative, rend l'accomplissement de nos tâches très difficile et épuise les agents aussi bien mentalement que physiquement. En effet, la charge de travail reste, elle, inchangée."

Le préavis est déposé à durée indéterminée.

Le centre fermé de Vottem a été inauguré il y a vingt ans, en mars 1999. Des hommes de nationalité étrangère qui ne disposent pas ou plus de papiers en règle y sont détenus dans l'attente de leur expulsion du territoire.

  1. La branche belge de Thomas Cook cherche à limiter l'impact de la faillite sur ses clients et ses employés

    La branche belge de Thomas Cook cherche à limiter l'impact de la faillite sur ses clients et ses employés

    Thomas Cook Belgique regrette que sa maison mère, Thomas Cook Group Plc, n'a pas trouvé de solution aux problèmes financiers et a dû déposer son bilan dans la nuit de dimanche à lundi, après l'échec des pourparlers avec ses créanciers. Thomas Cook Belgique, avec les marques Thomas Cook et Neckermann, emploie 600 personnes et 700.000 clients partent en vacances via ce tour-opérateur.
  2. Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Réuni sur la côte, à Bredene, dans le cadre du festival ManiFiesta, le PTB a une nouvelle fois revendiqué dimanche la nécessité de mener une "politique de rupture" pour redonner du sens aux citoyens et repousser les extrêmes à droite, le racisme et le séparatisme. Mais à les entendre, les partis traditionnels n'ont toujours pas entendu le message de l'électeur le 26 mai dernier. Demandeur d'un vaste plan de réinvestissement public de 10 milliards d'euros, le PTB fustige notamment l'opération de privatisation des actifs de Nethys. "C'est ce genre de pratiques que nous reprochons aux dirigeants du parti socialiste. C'est une des raisons principales de notre rupture des négociations avec le PS pour un nouveau gouvernement wallon", a indiqué le président Peter Mertens.