Plein écran
© photo_news

Près de 200.000 personnes présentes en Outremeuse pour célébrer le 15 août

Près de 200.000 personnes se sont rendues les 14 et 15 août en Outremeuse pour assister aux traditionnelles festivités liégeoises, a déclaré mercredi soir la zone de police de Liège. Ce premier bilan a également révélé que 30 personnes ont été privées de liberté et que 45 autres ont été prises en charge par les services de la Croix-Rouge.

L'importante affluence a donné du travail aux services de secours présents sur le site d'Outremeuse. Les agents de police ont interpellé bon nombre de personnes. Durant les journées et les nuits du 14 et 15 août, les forces de l'ordre liégeoises ont privé de liberté 15 personnes dans le cadre administratif, cinq pour des faits d'ivresse, deux pour séjour illégal, deux encore pour vols à la tire en séjour illégal et six autres pour trouble à l'ordre public.

La Croix-Rouge de Belgique, également présente en Outremeuse, n'a pas été en reste. "Elle a satisfait 45 interventions-entrées PMA (poste médical avancé, NDLR), principalement pour 15 individus dont les pathologies étaient liées à l'alcool, neuf pour des malaises, huit autres pour des plaies et sept pour des piqûres d'insectes", a précisé mercredi soir la police de la zone de Liège, avant d'ajouter que cinq fêtards ont également dû être transportés à l'hôpital.

Des milliers de personnes affluent chaque année en Cité ardente autour du 15 août pour une grande fête populaire, traditionnellement liée à l'Assomption de Marie, c'est-à-dire la montée au ciel de la mère de Jésus dans les religions catholique et orthodoxe.

  1. L’affaire Pauwels bouleversée par une histoire de cœur? “Le chef d’enquête a pollué ce dossier comme un cancer”

    L’affaire Pauwels boule­versée par une histoire de cœur? “Le chef d’enquête a pollué ce dossier comme un cancer”

    Me Frank Discepoli, avocat de Farid Hakimi, principal inculpé dans le cadre du dossier des home-jacking dans lequel est inculpé l'animateur Stéphane Pauwels, a demandé à la chambre des mises en accusation de la cour d'appel du Hainaut de prononcer l'irrecevabilité des poursuites, estimant que le chef d'enquête "a pollué ce dossier comme un cancer" en faisant des promesses à un autre inculpé. Il a été imité par d'autres avocats scandalisés par la tournure que prend ce dossier.