Plein écran
© Photo News

Près de trois-quarts des personnes hospitalisées souffraient déjà d'une ou plusieurs comorbidités

Près de trois-quarts des patients hospitalisés pour cause de Covid-19 souffraient d'une ou plusieurs comorbidités préexistantes, rapporte jeudi l'institut de santé Sciensano dans le cadre du bulletin quotidien sur l'épidémie de Covid-19 en Belgique.

Les statistiques se basent sur un échantillon de 1.286 personnes hospitalisées. Un patient peut présenter plusieurs comorbidités. Il apparaît que 35,5% des patients souffraient déjà d'hypertension artérielle, 28,5% de maladies cardiovasculaires, 19,6% de diabète et 16,3% de maladie pulmonaire chronique. A l'inverse, 26,5% des personnes hospitalisées n'avaient aucune comorbidité préexistante identifiée.

Plein écran
© Sciensano.

Assez logiquement, la part des patients hospitalisés à cause du Covid-19 et souffrant d'une ou plusieurs comorbidités préexistantes augmente sensiblement avec l’âge. Ainsi, parmi les 65 ans et plus (740 personnes dans l'échantillon), 47,8% souffraient déjà d'hypertension artérielle, 42% de maladies cardio-vasculaires, 24,5% de diabète et 19,7% de maladie pulmonaire chronique. A peine 11,5% n'avaient aucune comorbidité préexistante identifiée.

Parmi la tranche d'âge 0-44 ans (172 personnes dans l'échantillon), 8,1% souffraient d'une maladie pulmonaire chronique, 7% d'hypertension et 6,4% de diabète. Plus de 60% n'avait aucune comorbidité préexistante identifiée.

  1. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.