Plein écran
© belga

Procès Kitty: Galip Kurum transféré à la prison de Louvain

Plein écran
© belga
Plein écran
© belga
Plein écran
© belga

Au procès en assises du meurtre de la policière Kitty Van Nieuwenhuyzen, la cour a entendu lundi matin les derniers témoins de moralité, dont le père de l'accusé Galip Kurum et des personnes de son entourage. L'accusé a été transféré au cours du week-end de la prison de Saint-Gilles à celle de Louvain. Les raisons de son transfèrement ne sont pas connues.
 
"Je voulais rendre visite ce week-end à mon client à la prison de Saint-Gilles, mais on m'a prévenu qu'il ne s'y trouvait plus. La direction m'a annoncé son transfèrement à la prison de Louvain, sans motif clair", a indiqué Me Olivier Martins qui s'étonne de cette décision intervenant dans la dernière ligne droite du procès.
 
L'entourage de Galip Kurum a dépeint l'accusé en terme élogieux.
Galip Kurum aurait fait de son mieux après avoir été condamné pour se réintégrer dans la société. Le père de l'accusé est convaincu de l'innocence de son fils. "Quand nous séjournions en Turquie, je n'ai rien remarqué de spécial. S'il avait été impliqué dans quelque chose, je l'aurais certainement remarqué par son attitude ou son comportement", a-t-il dit.
 
Pour la directrice de la prison de Jamioulx où ont séjourné les trois accusés, Galip Kurum, Nourredine Cheikni et Hassan Iasir, ce dernier serait le plus intelligent et pourrait être le cerveau de la bande.
Galip Kurum et Nourredine Cheikni ont séjourné en ensemble à la prison de Jamioulx après avoir été condamnés pour l'attaque d'un bureau de poste à Lodelinsart. Hassan Iasir avait séjourné auparavant dans ce même établissement durant quelques années.
 
" Cheikni et Kurum étaient des détenus polis avec qui il n'y avait jamais de problème. Ils venaient à tous les rendez-vous. Cheikni a longtemps nié sa participation à l'attaque, mais après un travail psychosocial intensif, il a assumé sa responsabilité, aussi pour être libéré sous condition ", a-t-elle expliqué. Pour la directrice, Cheikni et Kurum étaient facilement influençables, pour les bonnes choses comme les mauvaises. "Des trois, Iasir était clairement le plus intelligent, avait l'esprit le plus fort. Les deux autres sont plus des exécutants alors que lui peut aussi organiser", a-t-elle ajouté.
Des proches de Hassan Iasir ont indiqué qu'ils étaient convaincu de l'innocence de ce dernier.
 
Mardi, débuteront les plaidoiries. Le jury devrait se retirer probablement mardi en huit, pour délibérer et répondre aux 288 questions. Le jury devra se prononcer sur la culpabilité des accusés par rapport au meurtre de la policière, mais aussi au home-jacking à Lot, aux blessures occasionnées au collègue de Kitty Van Nieuwenhuizen et à la victime du home-jacking, et enfin à une attaque à Roux. (belga)

  1. Un groupe de jeunes occupe un bâtiment de l'UCLouvain

    Un groupe de jeunes occupe un bâtiment de l'UCLou­vain

    Un groupe de jeunes composé en partie d'étudiants a entamé lundi soir l'occupation de la "maison blanche", un bâtiment appartenant à l'Université catholique de Louvain (UCLouvain) situé à proximité du lac de Louvain-la-Neuve. Certains se sont barricadés à l'intérieur. Ils affirment vouloir faire du bâtiment, à l'adandon depuis des années, un espace culturel et social autogéré. Les autorités de l'UCLouvain regrettent la méthode mais se disent ouvertes à la discussion.
  2. Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    “J’ai peut-être été un papa un peu trop sévère”, a concédé B.D. devant son juge à Termonde ce lundi. Le père de famille de 42 ans de Saint-Gilles-Waes (Flandre Orientale) a tenté de nuancer les faits de maltraitances familiales qui lui sont reprochés. Le dossier à charge est pourtant lourd. Durant des années, l’homme aurait littéralement terrorisé ses filles nées en 2008 et 2012. Les petites filles auraient régulièrement reçu des coups de poing et de pied, tout comme leur mère. Le prévenu encourt une peine de 18 mois de prison.
  3. Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupérable”
    Mise à jour

    Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupéra­ble”

    Eddy Michel, accusé d'avoir commis les assassinats de ses deux enfants, a reconnu lundi après-midi lors de son interrogatoire devant la cour d'assises de Liège avoir tué ses deux enfants, Timothé (4 ans) et Jules (6 ans). Il a affirmé qu'il n'était pas lui-même lors des faits et il a soutenu qu'il ne se souvenait pas de tous les gestes posés. Il a contesté avoir prémédité la mort de ses enfants.