Plein écran
© belga

Procès Kitty: "Messieurs, c'est vous qui étiez là"

En plaidant, mardi, devant la cour d'assises de Bruxelles, les avocats des parties civiles, Me Sven Mary et Me Jef Vermassen, ont affirmé que si les accusés, Noureddine Cheikhni (33 ans), Galip Kurum (32 ans) et Hassan Iasir (34 ans) ont choisi de nier, ce sont pourtant bien eux qui étaient là, à Lot, et qui ont commis le home-jacking au domicile de la famille Sacoor puis qui ont tiré sur la jeune inspectrice Kitty Van Nieuwenhuysen, morte à 23 ans, la nuit du 3 au 4 décembre 2007.

Plein écran
© belga
Plein écran
© belga
Plein écran
© belga
Plein écran
© belga

Me Jef Vermassen, l'avocat des parents de Kitty Van Nieuwenhuysen, a établi plusieurs parallèles, au cours de sa plaidoirie, entre le braquage de la poste de Lodelinsart, commis dans le passé par Nouredddine Cheikhni et Galip Kurum, les faits de Roux et les faits de Lot. On a eu recours au même modus operandi, aux mêmes armes de guerre, selon l'avocat.
 
"Trois grands formats de la pègre carolo"
Il a insisté sur les recels de voitures que Noureddine Cheikhni et Galip Kurum avaient commis après avoir déjà purgé des peines de prison. "Ils n'ont jamais cessé de commettre des méfaits. Ils n'ont jamais renoncé à la violence", a-t-il dit. "Nous avons là trois grands formats de la pègre carolo".
 
Trahis pas l'ADN, leur téléphone et des témoignages
Me Jef Vermassen a encore insisté sur les trois modes de preuve qui les accusent: les analyses ADN, la téléphonie et les témoins anonymes.
Selon l'avocat, la seule présence de leur ADN sur les lieux, ne laisse plus de doute: les accusés sont bien les auteurs du massacre.
 
Me Sven Mary, conseil de la famille Sacoor, a insisté également sur ces trois types de preuve. "J'ai rarement vu dans un dossier un travail si minutieux de la part de l'INCC (Institut National de Criminologie et de Criminalistique)", a-t-il plaidé.
 
L'avocat a aussi avancé que Noureddine Cheikhni avait avoué le braquage de la poste de Lodelinsart une fois qu'il avait été condamné et emprisonné. "C'est toujours la même technique. Il n'avoue que lorsqu'il est au pied du mur", a-t-il affirmé, rappelant qu'il avait avoué les faits de Roux au deuxième jour du procès, après avoir nié pendant 3 ans.
 
Galip Kurum, le tireur?
Me Sven Mary a encore ajouté qu'Hassan Iasir était probablement le plus radical car il s'était toujours tu.
Quant à Galip Kurum, l'avocat a déclaré qu'il était persuadé qu'il était le tireur à la Kalachnikov, au vu des descriptions de témoins et des conclusions des experts en balistique. (belga/jc)