Plein écran
DR © Les cinq pédophiles arrêtés: Dimitry D., Michael T., l'Anglais Samuel K., Niels M., et le Néerlandais Lars de R.

Procès pour pédopornographie à Termonde: ce que l’on sait

Un dossier de pédopornographie sans précédent en Belgique est examiné à partir de ce vendredi devant le tribunal correctionnel de Termonde. Cinq hommes - trois Belges, un Britannique et un Néerlandais - sont poursuivis pour avoir réalisé ou obtenu des clichés, puis les avoir stockés dans une immense base de données pour ensuite les diffuser. Trente-huit victimes ont été identifiées, et Child Focus s'est constitué partie civile au nom des autres.

Le dossier s'est ouvert lorsque le trentenaire Michaël T. a été interpellé en mai 2015 alors qu'il photographiait des enfants partiellement dénudés sur la plage de Blankenberge. Une perquisition à son domicile a permis aux enquêteurs de mettre la main sur du matériel pédopornographique. Il est aussi apparu qu'il entretenait des contacts réguliers avec Dimitry D. et Niels M., deux hommes dans la vingtaine à l'époque.

Au domicile du premier, les policiers ont découvert 12 millions de fichiers à caractère pédopornographique.
La plupart des images étaient inconnues des agents d'Europol auxquels elles ont été soumises, laissant imaginer qu'elles étaient l'œuvre des suspects eux-mêmes. Une task force a alors été mise en place dans plusieurs pays et baptisée "opération Azraël", du nom du chat de l'ennemi des Schtroumpfs.

Les photos se trouvaient dans une base de données très structurée, classées en fonction du type de délit, de l'âge et de l'origine des victimes, principalement des petits garçons. Certaines sont même frappées d'un logo unique afin de garantir leur origine.

Certains n’ont pas hésité à utiliser leurs propres enfants

Pour alimenter leur base de données, les prévenus se faisaient passer pour des filles lors de discussions en ligne, et demandaient à leurs interlocuteurs de se dévoiler. Les clichés étaient ensuite stockés et échangés avec d'autres pédophiles.

Pour disposer de toujours plus d'images, certains n'ont pas hésité à utiliser leurs propres enfants. 

Les cinq hommes se rencontraient régulièrement pour échanger des DVD. Le Néerlandais Lars De R. fournissait le groupe en photos de jeunes Indiens ramenées de ses différents voyages, lors desquels il abusait ses victimes en leur proposant en contrepartie de la nourriture ou de l'argent. Le Britannique Samuel K. profitait lui de ses missions comme jeune homme au pair en Europe.

Des milliers de victimes n'ont pas pu être identifiées.

Le verdict n'est pas attendu avant le mois de mars. 

  1. Enquête sur une gorgée de vin fatale: de la drogue insérée dans une bouteille encore fermée

    Enquête sur une gorgée de vin fatale: de la drogue insérée dans une bouteille encore fermée

    Le parquet d’Anvers mène une enquête après le décès suspect d'une femme de 41 ans à Puurs-Sint-Amands fin 2019. La quadragénaire a succombé après avoir bu une simple gorgée d'un verre de vin “RED Merlot Cabernet Sauvignon 2016" de la marque Black&Bianco. La bouteille aurait été manipulée et une dose mortelle de MDMA (amphétamines) aurait été ajoutée dans le liquide. Le parquet avertit tout détenteur d’une bouteille similaire d'un risque potentiel et indique qu’il convient de prévenir la police si le bouchon d'une de ces bouteilles semble avoir été manipulé.
  2. Affaire des visas humanitaires: le parquet en appel de la libération sous conditions de Melikan Kucam

    Affaire des visas humanitai­res: le parquet en appel de la libération sous conditions de Melikan Kucam

    Le parquet a décidé mercredi d'interjeter appel contre la décision de la chambre du conseil d'Anvers, mardi, de libérer sous conditions Melikan Kucam. L'ex-conseiller communal N-VA à Malines, soupçonné d'avoir monté une fraude dans l'attribution de visas humanitaires, doit donc continuer à porter un bracelet électronique. L'affaire sera traitée dans les 15 jours par la chambre des mises en accusation.