Plein écran
© Photo News

Prolongation des mesures pour le Conseil Communal de Charleroi

Le 7 avril dernier, le Conseil Communal de la Ville de Charleroi avait pour la première fois été remplacé par le Collège Communal. Ce dernier s’était également tenu par vidéoconférence. La Région Wallonne avait pris ces dispositions pour une durée de 30 jours. La raison est simple. Il s’agit de respecter les mesures de distanciation sociale. 

Le Collège Communal de la Ville de Charleroi se substituera de nouveau au Conseil Communal en date du 28 avril. C’est ce qu'indique la Ville de Charleroi dans un communiqué de presse.

Comme pour le 7 avril dernier, la décision découle du Ministre en charge des Pouvoirs locaux de la Wallonie, Pierre-Yves Dermagne (PS), qui “a pris la décision de proroger les arrêtés de pouvoirs spéciaux n°5 et n° 6, qui encadrent les travaux des Conseils et Collèges.”

Implication

Pour mémoire, l’arrêté de pouvoirs spéciaux n°5 prévoit de conférer au Collège Communal les attributions du Conseil Communal aux seules fins d’assurer la continuité du service public malgré la pandémie de Covid-19 et dans la mesure où l’urgence et la nécessité des dossiers sont motivées.

L’arrêté de pouvoirs spéciaux n°6 consacre pour sa part la tenue de Collèges Communaux (et d’autres réunions d’organes de gestion) par voie électronique.

Débat

Le Collège Communal carolo adoptera donc le 28 avril en matinée une série de points de compétence du Conseil qui répondent aux critères d’urgence et de nécessité. Ces points feront l’objet d’un affichage aux portes de l’Hôtel de Ville conformément au code de la démocratie locale.

“À l’instar de ce qui a été mis en place le 6 avril dernier, l’Autorité communale se propose toutefois d’organiser autour de ces points et, plus largement, concernant la gestion de la crise, un débat associant les membres du Collège et un représentant de chaque formation politique représentée au Conseil communal” précise le communiqué de presse.

Ce débat se tiendra ce lundi 27 avril 2020 à 18 heures via la plate-forme “Zoom” et il sera rendu public sur le site web d’hébergement de vidéos “Youtube” comme lors d’un conseil traditionnel.

Retrouvez, ici, toute l’actualité de Charleroi et de sa région.

  1. Une réponse au plus tard le 3 juin pour les stages sportifs
    Coronavirus

    Une réponse au plus tard le 3 juin pour les stages sportifs

    L'annonce des entités fédérées et du fédéral vendredi, ouvrant la possibilité d'organiser camps scouts, stages et activités récréatives pour enfants et jeunes durant les vacances d'été, a dû soulager de nombreux parents, dans un contexte de déconfinement progressif. Rapidement, des questions se posaient cependant sur les stages et activités purement sportifs, qui ne sont pas couverts par la communication de vendredi. Une décision et une communication à ce sujet devraient intervenir au plus tard le 3 juin, a-t-on appris dimanche.
  1. “Les dos tournés et les kayaks risquent de suivre Sophie Wilmès”

    “Les dos tournés et les kayaks risquent de suivre Sophie Wilmès”

    Des dos tournés et des images qui voyagent. L’action symbolique menée par le personnel soignant du CHU Saint-Pierre le 16 mai dernier a été relayée par de nombreux médias étrangers et a trouvé écho jusqu’au Japon. Une haie de déshonneur susceptible d'écorner l’image de Sophie Wilmès? “Sur la scène internationale cela ne devrait pas avoir d’effet majeur”, considère Sandrine Roginsky, professeure en communication politique à l’UCLouvain. “Mais chez nous, cela risque de la suivre, au même titre que l'épisode des kayaks.”
  2. Saisie de 2 millions d'euros lors d'une enquête sur un trafic international de drogue en Flandre orientale

    Saisie de 2 millions d'euros lors d'une enquête sur un trafic internatio­nal de drogue en Flandre orientale

    La police judiciaire fédérale (PJF) a indiqué samedi avoir mis la main sur plus de 2 millions d'euros en espèces lors de perquisitions menées dans le cadre d'une enquête relative à un trafic international de drogue en Flandre orientale. Les forces de l'ordre ont également découvert des bijoux et plus de 130 véhicules. Cinq suspects ont été arrêtés en Belgique, trois aux Pays-Bas. Le gang est soupçonné d'avoir importé en Belgique de grandes quantités de cocaïne en provenance d'Amérique du Sud pendant plusieurs années.