Plein écran
Le site de Bastogne © BELGA

Qualibeef (Veviba) en faillite

mise à jourLe tribunal de l’entreprise de Liège (division Neufchâteau) a décidé mardi de mettre un terme à la procédure de réorganisation judiciaire visant la société Qualibeef (anciennement Veviba), déclarée en faillite, ce qui entraînera 54 licenciements, annonce mercredi la RTBF.

Les licenciements concernent 48 personnes chez Qualibeef et 6 autres au sein de sa filiale “Abattoir et marche de Bastogne” (AMB). Ce personnel avait déjà dû être mis au chômage économique.

Un appel d’offres a été lancé en vue de trouver un repreneur, avec le 15 septembre pour date butoir. Au moins quatre candidats se seraient déjà manifestés.

Veviba s’était retrouvée au cœur d’un scandale sanitaire en mars 2018, lorsque le ministre fédéral de l’agriculture Denis Ducarme et l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA) avaient retiré l’agrément à l’entreprise à la suite d’une perquisition dirigée par un juge d’instruction sur le site bastognard comptant un abattoir, un atelier de découpe et un surgélateur industriel. Des infractions relatives à des falsifications des renseignements sur la date de congélation de la viande et à une non-conformité des produits avaient été évoquées.

La procédure pénale est complètement indépendante de la procédure devant le tribunal de l’entreprise ayant finalement débouché sur une faillite. L’instruction judiciaire concernant Veviba est toujours en cours.

  1. Combien une vie vaut-elle? “Il faut d’urgence poser des limites aux firmes pharmaceutiques”

    Combien une vie vaut-el­le? “Il faut d’urgence poser des limites aux firmes pharmaceu­ti­ques”

    Le cas de la petite Pia, pour laquelle les parents ont dû lancer une vaste campagne de dons par SMS, dévoile le pouvoir quasi absolu des firmes pharmaceutiques quant au tarif fixé pour les formules qu’elles commercialisent. Les centaines de milliers d’euros, voire les millions demandés donnent le vertige et poussent des patients désespérés à faire appel à la générosité du public car les gouvernements rechignent à payer la note. “Nous devons d’urgence poser des limites à l’industrie pharmaceutique car sinon, où les firmes s’arrêteront-elles?”.