Plein écran
© BELGAONTHESPOT

Quand vous doublez un cycliste, respectez une frite de distance

Une vingtaine de personnes liées à l'ASBL GRACQ (Groupe de Recherche et d'Action des Cyclistes Quotidiens) ont mené vendredi à compter de 18h00, aux abords de la place Flagey et des étangs d'Ixelles, une première action de sensibilisation pour appeler les automobilistes belges à respecter "une frite" de 1 mètre de distance en doublant un vélo. D'autres actions de ce type seront réitérées à l'avenir.

Quelque 7 vélos équipés de 3 frites jaunes ont circulé autour du premier étang au départ de la place Flagey. Sur leurs dossards fluos, il était rappelé que la distance sécurisée pour dépasser un cycliste est de 1 mètre en ville et de 1,5 mètre hors agglomération, selon le code de la route. Selon une enquête du GRACQ menée en 2017 auprès de 964 personnes, près d'un cycliste sur deux (48%) a déjà chuté ou failli chuter à la suite d'un dépassement mal effectué. D'autres membres du GRACQ ont distribué des flyers informatifs aux automobilistes.

"Quasiment personne ne respecte la distance de 1 mètre en ville", estime François Cibot, co-coordinateur du GRACQ Ixelles. "C'est dangereux parce que les cyclistes n'ont plus de marge de manoeuvre pour faire un écart si une portière s'ouvre ou s'il y a un trou dans la chaussée. Le message est de dire aux conducteurs qu'il faut garder un mètre de distance et ralentir en doublant un cycliste.”

“Dans les rues trop étroites pour que le mètre de sécurité soit respecté, on appelle les cyclistes à prendre leur place dans le trafic en se mettant au milieu de la chaussée. Sans cela, ils risquent de se faire serrer contre les voitures garées et il faut toujours garder un mètre de distance avec les voitures garées pour éviter les portières qui s'ouvrent.”

“Les jeunes cyclistes inexpérimentés ne font souvent pas assez attention aux portières. Dans les auto-écoles aux Pays-Bas, les conducteurs apprennent à ouvrir leur portière avec leur main droite, ce qui les oblige à se retourner. Il faut que les pouvoirs publics s'emparent de ces questions et fassent la promotion des règles de sécurité à respecter face au déploiement des nouvelles formes de mobilité".