Stéphane Pauwels risque la prison.
Plein écran
Stéphane Pauwels risque la prison. © Photo News

Quatre ans de prison requis contre Stéphane Pauwels

Mise à jourLe procureur fédéral Julien Moinil a requis mardi une peine de quatre ans de prison contre Stéphane Pauwels qu’il estime être co-auteur d’un vol avec violence commis dans une villa à Lasne, en mars 2017. Une peine de six mois de prison a été requise pour la détention de cocaïne.

  1. Voici le baromètre de l’épidémie qui déterminera le niveau des restrictions

    Voici le baromètre de l’épidémie qui détermine­ra le niveau des restricti­ons

    Au lendemain du Conseil national de sécurité, le Celeval, la cellule d’évaluation chargée de conseiller le gouvernement, a mis en ligne ses avis dans la gestion de la crise sanitaire du Covid-19. Les experts qui le composent y expliquent le nouveau système des codes couleurs qui sera -normalement- bientôt d’application et qui doit harmoniser les différentes mesures à prendre pour lutter contre le virus et, surtout, permettre de retrouver l'adhésion de la population. Ce “baromètre de l’épidémie” n'est pour l’instant qu’une recommandation et n'est donc pas définitif.
  1. Stéphane Pauwels conteste le home-jacking: “J’assume, j’ai proposé de lui mettre une tarte”
    mise à jour

    Stéphane Pauwels conteste le ho­me-jac­king: “J’assume, j’ai proposé de lui mettre une tarte”

    Le président du tribunal correctionnel du Hainaut a auditionné lundi Stéphane Pauwels, dont le nom figure dans un volet du vaste dossier relatif aux home-jackings qui ont eu lieu dans le Brabant wallon et dans le Hainaut entre 2015 et 2017. L'ex-animateur de RTL-TVI est soupçonné d'avoir donné l'adresse d'une victime à Lasne. Les faits ont été commis en mars 2017.
  2. Une vingtaine de personnes seront citées devant la chambre du conseil dans le volet belge des attentats de janvier 2015

    Une vingtaine de personnes seront citées devant la chambre du conseil dans le volet belge des attentats de janvier 2015

    Une vingtaine de personnes seront citées devant la chambre du conseil de Bruxelles dans le dossier appelé "Paris bis", celui qui concerne l'enquête menée en Belgique sur la préparation des attentats de Paris de novembre 2015. C'est ce qu'a affirmé le parquet fédéral belge, à l'issue d'une audience technique dans ce dossier jeudi matin, devant la chambre des mises en accusation de Bruxelles. Celle-ci a entendu les parties au sujet des "MPR", les méthodes particulières de recherche, et les approuvera ou non. Sa décision sera rendue dans une semaine.