Plein écran
© photo_news

Qui sont les accusés du procès Jarfi?

Les derniers témoins de moralité ont été entendus mercredi matin devant la cour d'assises de Liège au procès de Mutlu Kizilaslan, Jérémy Wintgens, Jonathan Lekeu et Eric Parmentier, les quatre accusés de l'assassinat d'Ihsane Jarfi. Les jurés ont entendu la synthèse des enquêtes de moralité de trois des accusés. Les parties civiles entameront leurs plaidoiries vers 14h00.

Ihsane Jarfi (32 ans), disparu depuis la nuit du dimanche 22 avril 2012, avait été retrouvé mort le 1er mai 2012 dans la région de Tinlot. Mutlu Kizilaslan, Jérémy Wintgens, Jonathan Lekeu et Eric Parmentier sont accusés de l'avoir assassiné parce qu'il était homosexuel.

Des enquêtes de moralité ont été réalisées afin de présenter aux jurés les différents aspects des personnalités des accusés. Ces enquêtes avaient été approfondies lors des témoignages à la barre des témoins. Ce mercredi matin, la Cour a encore procédé aux auditions des enquêteurs qui ont présenté au jury la synthèse de leurs devoirs portant sur trois des quatre accusés.

Kizilaslan, influençable
Mutlu Kizilaslan a fêté son anniversaire durant le procès. Il est désormais âgé de 31 ans. L'enquêteur chargé des investigations réalisées sur sa personnalité a relevé qu'il a travaillé 900 jours durant toute sa carrière et qu'il dépend de la mutuelle depuis 2010. Il entretient une relation sentimentale avec sa compagne depuis 12 ans. Mutlu Kizilaslan avait été décrit sous un caractère influençable ou même ambigu sous l'effet de l'alcool. Cet accusé avait connu divers déboires judiciaires. Il avait notamment été impliqué dans le jet d'un cocktail Molotov dans un café. A la suite de ce fait, il a fait l'objet d'une vengeance et a été atteint d'une balle dans la jambe.

Lekeu, timide et introverti
Jonathan Lekeu, âgé de 25 ans, a été décrit comme un garçon timide, introverti et peu fier de sa personne. Il était influençable mais n'a pas d'antécédent judiciaire. Il dépendrait du chômage depuis la fin de ses études. Ses loisirs reposaient essentiellement sur la consommation d'alcool et de joints ainsi que sur les jeux de Playstation. Jonathan Lekeu connaît une relation sentimentale régulière depuis 2010. Sa compagne l'a décrit comme un homme gentil et même insignifiant.

Wintgens, un homme violent
Jérémy Wintgens est âgé de 30 ans. A l'époque des faits, il émergeait au chômage et ne faisait rien de ses journées, à l'exception des jeux à la Playstation. Il a été décrit comme un homme qui peut devenir très violent en gestes et en paroles. Ses consommations de drogue et d'alcool pouvaient aggraver cet état. Il a des antécédents de vol avec violences.

L'enquête de moralité d'Eric Parmentier, âgé de 36 ans, avait été présentée durant les jours précédents. La Cour a également procédé à la lecture de certaines auditions de témoins qui ne se sont pas présentés lors du procès.

Les parties civiles plaideront dès 14h00. Me Didier Grignard et Me Alexandre de Fabribeckers s'exprimeront au nom de Suger Depret, l'homme qui avait fait l'objet d'une agression de Wintgens et Lekeu en octobre 2011.

  1. 23 ans après la marche blanche, une marche noire à Bruxelles

    23 ans après la marche blanche, une marche noire à Bruxelles

    Une marche noire est prévue dimanche après-midi dans le centre de Bruxelles pour protester contre l'éventualité d'une demande de libération conditionnelle de Marc Dutroux et celle effective de Michel Lelièvre. Le rassemblement est prévu à 12h00 sur le boulevard du roi Albert II, d'où des discours seront prononcés. Le départ est fixé à 14h00 et l'arrivée à 16h00 sur l'esplanade de l'Europe près de la gare du Midi, avant la dislocation du cortège à 17h00.
  2. Une criminelle belge sur une nouvelle liste des femmes les plus recherchées par Europol

    Une criminelle belge sur une nouvelle liste des femmes les plus recher­chées par Europol

    La criminelle quinquagénaire belge Hilde Van Hacker, en cavale avec son compagnon Jean-Claude Lacote après avoir tué un homme d’affaires britannique à la Côte en 1996, figure parmi les visages masqués mis en scène dans la nouvelle campagne “Crime has no gender” (soit “le crime n’a pas de sexe”) lancée vendredi par l’agence européenne de police criminelle Europol et visant à capturer les femmes les plus recherchées d’Europe. “Les gens pensent que d’habitude ces crimes ne sont pas commis par des femmes, mais ils le sont, et ils sont aussi graves que ceux commis par les hommes”, a commenté Tine Hollevoet, porte-parole d’Europol.