En haut, de gauche à droite: Niel Hens, Emmanuel André, Marc Van Ranst, Inge Bernaerts, Marius Gilbert.
En bas, de gauche à droite: Erika Vliegh, Mathias Dewatripont, Pierre Wunsch, Céline Nieuwenhuys, Johnny Thijs.
Plein écran
En haut, de gauche à droite: Niel Hens, Emmanuel André, Marc Van Ranst, Inge Bernaerts, Marius Gilbert. En bas, de gauche à droite: Erika Vliegh, Mathias Dewatripont, Pierre Wunsch, Céline Nieuwenhuys, Johnny Thijs. © photonews, belga, VTM, RTL info

Qui sont les dix experts qui devront préparer le déconfinement?

Le groupe de dix experts qui préparera le déconfinement graduel du pays est constitué, a annoncé lundi la Première ministre, Sophie Wilmès. L'on y retrouve quelques noms connus depuis la crise du coronavirus, comme les professeurs Marc Van Ranst et Emmanuel André. Voici leurs profils.

Céline Nieuwenhuys

Céline Nieuwenhuys est la secrétaire générale de la Fédération des Services Sociaux (FdSS) depuis 2007. Assistante sociale et sociologue de formation, elle aura pour mission d’évaluer la catastrophe sociale potentielle consécutive à la crise du coronavirus. 

Inge Bernaerts

Inconnue du grand public, Inge Bernaerts est une avocate diplômée de la KU Leuven et de l’université de la Sarre en Allemagne. Spécialiste des questions européennes, la Flamande, parfaite quadrilingue, a rejoint la Commission européenne en 2003 où elle a travaillé pendant sept ans au sein de la direction générale de la concurrence, l’instance de l'exécutif européen responsable d’appliquer les règles européennes de concurrence. Elle a ensuite mis son expérience au profit de la direction générale de l’énergie. Jusqu’à la fin de l’année dernière, Inge Bernaerts était la cheffe de cabinet de la commissaire européenne Marianne Thyssen (CD&V).

Emmanuel André

Désormais bien connu des francophones, Emmanuel André est depuis le début de la crise le porte-parole interfédéral francophone Covid-19, chargé d’annoncer les chiffres quotidiens de la pandémie en Belgique. Dans sa vie normale, selon ses propres termes, Emmanuel André est médecin et responsable, avec Marc Van Ranst, du laboratoire de diagnostic au Pôle des maladies infectieuses de l’hôpital UZ Leuven.

Père de famille, le médecin de 37 ans n’avait pu contenir son émotion au moment d’annoncer le décès d’une fillette de 12 ans suite au coronavirus. “J’ai beau être scientifique, professeur et porte-parole interfédéral, je reste aussi un homme et à ce moment précis, j’étais surtout papa de mes trois garçons de 7, 5 et 2 ans. Ce genre de nouvelles est très émouvante. Qui peut se targuer d’avoir l’habitude d’annoncer combien de morts sont à déplorer chaque jour à cause d’un virus?”, avait-il réagi après ce triste événement.

Des centaines de milliers de Belges attendent son point presse quotidien, dans l'espoir d’entendre des nouvelles positives. D’un ton calme et posé, Emmanuel André n’a de cesse de répéter chaque jour qu’il ne faut pas relâcher nos efforts.

Marius Gilbert

Le visage de Marius Gilbert est également devenu familier pour de nombreux Belges francophones. Maître de recherches FNRS à l’ULB, l’épidémiologiste écume les plateaux des JT depuis le début de la crise pour apporter son expertise en la matière. Très actif sur les réseaux sociaux, le professeur Gilbert fournit presque quotidiennement des graphiques sur l’évolution de la pandémie à ses abonnés sur Twitter.

Erika Vliegh

Cheffe du service des maladies infectieuses de l’hôpital universitaire d’Anvers, le professeur Erika Vlieghe présidera le groupe d’experts qui doit décider quand les mesures peuvent être assouplies, baptisé “Team Exit.” Erika Vliegh est sur le front depuis le début de la crise puisqu’elle est membre du comité scientifique qui assiste et conseille les autorités du pays - et en premier lieu le cabinet de la ministre de la Santé publique Maggie De Block.

En matière de déconfinement, Erika Vlieghe s'est prononcée en faveur de la “stratégie de l'accordéon” :  assouplir les règles et les renforcer éventuellement si le virus se répand à nouveau au sein de la population. “Ce sera le yo-yo les prochains mois”, confiait-elle récemment. En 2014, Erika Vlieghe avait été nommée par la ministre De Block comme coordinatrice nationale de l’intervention Ebola après avoir mené des recherches en Ouganda et au Cambodge.

Marc Van Ranst

C'est Le monsieur coronavirus en Flandre. C'est bien simple, il ne se passe pas un seul jour depuis le début de la crise sans que le virologue de la KU Leuven ne donne son avis ou des explications sur le coronavirus dans les médias flamands. Des propos que nous relayons aussi fréquemment sur notre site. Il faut dire que le natif de Bornem en province d’Anvers a de l'expérience en la matière. En mai 2007, il est désigné président du comité scientifique sur la grippe aviaire à la demande du ministre fédéral de Santé de l’époque, Rudy Demotte (PS). Lors de la grippe mexicaine (H1N1) en 2009-2010, il devient commissaire de la gestion de crise, baptisé “commissaire influenza”. 

Dix ans plus tard, il est donc renommé “commissaire coronavirus”, mais aussi “Docteur Haine” (“Dokter Haat”) par Theo Francken. Car en plus de combattre les virus, Marc Van Ranst lutte contre également contre l'extrême droite et le nationalisme flamand. Ses cibles favorites? La N-VA et le Vlaams Belang, des partis agacés par l’hypermédiatisation du scientifique.

Johnny Thijs

En Flandre, Johnny Thijs est devenu ce que nos compatriotes du Nord appellent un “BV” ("Bekende Vlaming”, une personnalité connue en Flandre) pour avoir dirigé avec brio La Poste entre 2002 et 2014. Une entreprise redevenue rentable sous sa direction et renommée bpost. Johnny Thijs est devenu président d’Electrabel en octobre 2019. Son expérience au sein de telles entreprises a convaincu le fédéral de faire appel à lui pour relancer la machine économique.

Celles et ceux qui ont vécu la transformation de La Poste par Johnny Thijs affirment que le Trudonnaire de 68 ans est un véritable leader qui n’hésite pas à prendre des décisions mais qui sait faire preuve d’empathie. “Il y a une raison pour laquelle nous avons deux oreilles et une seule bouche”, a-t-il dit un jour.

Pierre Wunsch

Gouverneur de la Banque nationale depuis l’année passée, Pierre Wunsch va devoir affronter la deuxième crise économique majeure en un peu plus de dix ans. Et pour cause, Pierre Wunsch a passé près de trois ans au cabinet du ministre des Finances Didier Reynders, entre 2008 et 2011. Il fut donc en première ligne lors de la crise économique et financière. Une décennie plus tard, il fait donc à nouveau partie de l'équipe chargée de sauver l’économie du pays.

Niel Hens

Niel Hens est mathématicien de formation et professeur de biostatistique à l’UHasselt et à l’UAntwerpen. Depuis 15 ans, il développe des modèles mathématiques de maladies infectieuses et prédit le développement des épidémies, y compris celle du coronavirus. C'est avec cette casquette qu’il conseille le gouvernement face à la crise. Selon son collègue Herman Goossens, Niel Hens est “l’homme parfait” pour cartographier ce virus.

Mathias Dewatripont

Licencié en sciences économiques à l’ULB, Mathias Dewatripont a obtenu un doctorat en économie à l’université de Harvard, aux États-Unis. Ce Bruxellois de 60 ans est professeur d’économie à l’ULB et donne aussi des cours en la matière au prestigieux Massachusetts Institute of Technology. 

Mathias Dewatripont est une pointure dans son domaine. Et pour cause, d’aucuns parlent de lui comme un des rares Belges qui pourraient un jour recevoir un Prix Nobel en Économie. 

En balance avec Pierre Wunsch pour le poste de gouverneur de la BNB, son étiquette socialiste avait joué en sa défaveur suite à l’installation de la Suédoise au fédéral. Sa spécialité est la stabilité du système financier, qui s’est révélée très utile lors de la crise financière de 2008 et celle de l’euro qui en a découlé. C'est donc fort logiquement que le gouvernement a refait appel à lui pour prendre les décisions qui s’imposeront en la matière.