Illustration
Plein écran
Illustration © Photo News

Quid des camps et stages d'été? Enfin une réponse en vue

Un comité de concertation réunissant les différents gouvernements (fédéral et entités fédérées) devrait prendre vendredi une décision sur les modalités d'organisation des camps, stages et autres activités d'été pour jeunes après le déconfinement, a indiqué le cabinet du ministre flamand de la Jeunesse, Benjamin Dalle (CD&V), confirmant une information de la VRT.

Le secteur de la jeunesse a préparé ces dernières semaines, avec l'aide d'experts, un avis qui doit servir de base à une décision de reprise de ces activités.

"Nous nous sommes bien préparés au cours des dernières semaines. Nous avons travaillé de manière très constructive avec l'ensemble du secteur de la jeunesse pour élaborer des protocoles et des scénarios, et pour les coordonner avec des experts, afin de fournir de bons conseils en vue d'une décision", a expliqué vendredi le porte-parole des scouts et guides de Flandre, Jan Van Reusel, au micro de la VRT-radio. 

La Fondation Pelicano, qui lutte contre la pauvreté infantile et finance environ 300 camps d'été par an, avait qualifié mardi de "dramatique pour les enfants et jeunes défavorisés" l'absence de décision. "Nous devons étudier, durant les prochains jours et les prochaines semaines, dans quelle phase et dans quelles conditions nous pourrons élargir nos contacts sociaux, envisager les stages d'été, les camps de mouvements de jeunesse", avait pour sa part indiqué la Première ministre Sophie Wilmès le 13 mai dernier, à propos de la phase 3 du déconfinement après la crise sanitaire causée par le coronavirus, une phase qui "n'aura pas lieu avant le 8 juin". 

  1. Encore un milliard d'euros pour faire face à la crise: “L’argent dépensé, il faudra le récupérer quelque part”

    Encore un milliard d'euros pour faire face à la crise: “L’argent dépensé, il faudra le récupérer quelque part”

    La commission des Finances de la Chambre a approuvé mardi, à l'unanimité moins l'abstention du PTB, le projet de loi qui couvre les crédits fédéraux pour avril, mai et juin. Le texte accorde un milliard d'euros à la provision interdépartementale afin de faire face aux dépenses urgentes de la crise. Une grande partie sera affectée aux dépenses sanitaires, a indiqué le ministre du Budget, David Clarinval.