Plein écran
© reuters

Reconstitution de la bataille de Ligny, dernière victoire de Napoléon

VideoPlusieurs milliers de spectateurs ont assisté dimanche en Belgique à la reconstitution de la bataille de Ligny, dernière victoire de Napoléon, à l'occasion des célébrations du bicentenaire de Waterloo.

Plein écran
© reuters
Plein écran
© reuters
Plein écran
© afp
Plein écran
© reuters
Plein écran
© reuters

Plusieurs milliers de spectateurs ont assisté dimanche en Belgique à la reconstitution de la bataille de Ligny, dernière victoire de Napoléon, à l'occasion des célébrations du bicentenaire de Waterloo. Une reconstitution de cette bataille, également appelée bataille de Fleurus, est organisée chaque année. Mais au lieu des 1.500 spectateurs habituels, elle a attiré cette année entre 10.000 et 15.000 personnes, selon les chaînes de télévision belges francophones.

Sur un champ de 10 hectares près de Namur (sud de la Belgique) et sous un grand soleil, quelque 1.500 figurants à pied - au lieu de 400 habituellement -, et 80 cavaliers ont rejoué cette bataille, à l'aide de 25 canons. La bataille de Ligny s'est déroulée le 16 juin 1815, deux jours avant Waterloo dont le bicentenaire est célébré cette année, et qui fera l'objet jeudi d'une reconstitution avec 5.000 figurants en costumes.

Elle a opposé une partie de l'armée française à l'armée prussienne, commandée par le maréchal Blücher, celui-là même qui allait être l'artisan de la défaite de Napoléon deux jours plus tard. Le nombre de victimes des deux côtés a dépassé les 20.000 morts et blessés confondus.

"Ce sont les prémices de Waterloo. La bataille de Ligny est la dernière victoire de Napoléon mais c'est aussi la première pierre historique de son échec, qui a laissé les troupes prussiennes se replier et se reconstituer pour l'attaquer à Waterloo", selon le chargé de communication du Syndicat d'initiative de Ligny, Jean-Philippe Dave, cité par l'agence Belga.

L'avocat parisien Frank Samson, qui porte le bicorne depuis une dizaine d'années, incarnait Napoléon à Ligny et se préparait à endosser à nouveau les habits de l'empereur jeudi à Waterloo.

  1. La Wallonie pourrait vendre ses crédits d’émissions de CO2 à la Flandre

    La Wallonie pourrait vendre ses crédits d’émissions de CO2 à la Flandre

    La Flandre n'atteindra sans doute pas les objectifs que l'Union européenne lui a fixés en matière de réduction des émissions de CO2, à savoir une réduction de 15,7 % entre 2005 et 2020. Elle pourrait dès lors racheter des crédits d'émissions à la Wallonie, ce que n'a pas formellement exclu le ministre wallon de l'Environnement, Philippe Henry (Ecolo), interrogé sur le sujet lundi, en commission du Parlement de Wallonie.