Plein écran
© REUTERS

Règles de confinement pas respectées? Un bourgmestre appelle à dénoncer

“Restez chez vous”, un message clair, mais que certains citoyens peinent à assimiler. Le week-end dernier, les agents de police du pays ont dressé des centaines de procès-verbaux pour non-respect des règles de confinement. Pour aider les forces de l’ordre dans leur mission, Jean-Luc Nix, bourgmestre de Welkenraedt, appelle à signaler les contrevenants.

Comment lutter contre les rassemblements de personnes? Interdits en cette période de confinement, ils apparaissent pourtant dans plusieurs parcs du pays. Une “attitude irresponsable” qui agace Jean-Luc Nix, bourgmestre de Welkenraedt. Pour soutenir la police, appelée à faire respecter les règles imposées par le gouvernement, il appelle les témoins de dérives à dénoncer les contrevenants. 

“Il y va de la santé publique”

“Depuis l’entrée en vigueur des mesures, notre zone de Police constate régulièrement l’attitude d’irresponsables qui invitent, le plus souvent via les réseaux sociaux, à des activités ou rassemblements clandestins .Si vous avez connaissance de l’organisation d’un rassemblement clandestin: contactez-nous via le 101!”, invite-t-il dans une publication postée sur la page Facebook officielle de la commune. 

“Il y va de la santé publique”, justifie le bourgmestre avant de rappeler les sanctions encourues par toute personne qui enfreint les règles. “Pour information, les peines pour le non-respect des mesures sont de huit jours à trois mois d’emprisonnement et de 208 à 4.000 euros d’amende!!! Tout constat sera suivi de la rédaction systématique d’un procès-verbal!”

“La délation, où va-t-on?”

Un appel qui a reçu un accueil mitigé. Si certains saluent la position du bourgmestre, d'autres s'étonnent d’une invitation à la délation. “Vive la délation, mais où va-t-on?”, s’interroge un citoyen.  

“Un appel à la délation est la pire des choses à faire! Les gens souffrent déjà bien assez du manque de contact social, en remettre une couche est totalement inutile”, surenchérit un autre internaute. 

  1. Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confinement

    Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confine­ment

    Une enquête menée par l’agence iVOX auprès de 5.000 Belges nous en apprend davantage sur le bonheur (familial) en pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Selon l’étude, nous nous disputons moins avec notre partenaire, mais plus souvent avec les enfants. Dans le même temps, nous sommes reconnaissants de pouvoir passer plus de temps avec nos familles et nous voulons améliorer nos vies après cette crise.
  2. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.