Plein écran
La victime Maxime Pans est entre la vie et la mort. © Belga

Réopéré ce mardi, Maxime Pans est toujours entre la vie et la mort

Le policier grièvement blessé par un individu armé lors d’une intervention lundi matin à Liège a une nouvelle fois été opéré mardi, a fait savoir la police locale. L’opération s’est bien déroulée, mais le pronostic vital est toujours engagé.

Ce lundi matin, Maxime Pans, un policier liégeois, s’est fait tirer dessus et se bat toujours pour rester en vie. Après un simple contrôle de police, un homme a sorti une arme et a visé l’agent en pleine tête. Le collègue de ce dernier a alors riposté et a abattu l’individu. 

Déjà opéré une première fois lundi, c’est la seconde intervention que le trentenaire subit depuis les faits.

Maxime Pans travaille depuis 10 ans au service d'intervention de la police de Liège, précise RTL. Originaire d’Alleur, il a étudié au lycée d’État local puis à Saint-Barthélémy, à Liège. 

Avec sa compagne Marie, l’homme de 33 ans a trois enfants dont un fils de 5 ans et des jumeaux âgés de 2 ans. Grand fan de football et notamment supporter du FC Bruges, il a joué dans l’équipe de Loncin, près de Liège. Ses collègues de travail parlent d'un homme “sympathique, calme, posé, faisant preuve de psychologie en intervention”. 

Qui est Jean-Yves Discry? 

L’individu abattu suite à ce drame est bien connu de services de police. Jean-Yves Discry, lui aussi âgé de 33 ans, a été condamné en 2010 pour trafic de stupéfiants, mais n’avait plus connu de démêlés avec la justice depuis plus de 4 ans, déclarait lundi une porte-parole du parquet de Liège. Selon Sudpresse, il était également connu des forces de l’ordre pour violence et port d’armes prohibées.

Ce lundi, il était en possession de deux couteaux en plus de son arme de poing qu’il a utilisée pour tirer sur l’agent. Vraisemblablement sous l’emprise de la drogue et/ou de l’alcool, le corps du défunt est soumis à des analyses toxicologiques. 

  1. Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge
    mise à jour

    Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge

    Cinq hommes – trois Belges, un Néerlandais et un Britannique - sont accusés d’être au cœur d’un réseau pédophile sans précédent, qui a été actif en Belgique et à l’étranger. Ils auraient durant plusieurs années, fabriqué et diffusé de la pédopornographie. Il est question de 9 millions de photos et vidéos. Les suspects, pères de famille et célibataires, comparaissent vendredi devant le tribunal correctionnel de Termonde. Il y aurait des milliers de victimes, dont 38 ont pu être identifiées pour l’instant par les enquêteurs. Il s’agit des propres enfants des suspects, beaux-enfants et enfants de connaissances. “C’est le plus gros dossier depuis la création de Child Focus”, confirme Kris Luyckx, l’avocat qui représente l’organisation qui lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants.
  2. Un cas d'euthanasie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Un cas d'euthana­sie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Le médecin qui a procédé à l'euthanasie volontaire de Tine Nys (38 ans) en 2010, et qui doit répondre d'empoisonnement devant la cour d'assises de Gand, a indiqué lundi qu'il s'était conformé à la loi sur l'euthanasie. "J'ai effectué une euthanasie légalement correcte. Celle-ci a été approuvée à l'unanimité par les personnes qui examinent les conditions légales", a déclaré le médecin, se référant à la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie.