Plein écran
© Photo News

Sabine Laruelle est la nouvelle présidente du Sénat

L’ancienne ministre Sabine Laruelle (MR) a été proclamée jeudi présidente du Sénat, l’emportant dans un scrutin en séance plénière, 26 voix contre 21 à Christie Morreale (PS).

En tant que sénateur sortant avec l’ancienneté parlementaire la plus importante, Jean-Paul Wahl (MR) avait présidé les deux séances d’installation de la Haute assemblée. Madame Laruelle présidera le Sénat au moins jusqu’à la formation d’un nouveau gouvernement fédéral.

“Une femme de dialogue”

Dans un communiqué, le président du MR Charles Michel a félicité Sabine Laruelle, “une femme de dialogue” qui sied à la fonction de la Haute assemblée. Il s’est réjoui de voir à nouveau “une femme libérale” accéder à la présidence après Christine Defraigne. Enfin, il a mis en évidence l’expérience acquise par Mme Laruelle, en provenance de la “société civile”.

Du côté socialiste, on a longtemps cru que Christie Morreale décrocherait la fonction: elle était l’unique candidate au perchoir jusqu’il y a quelques heures et il est de tradition que la répartition des présidences de la Chambre et du Sénat fasse l’objet d’un équilibre entre familles politiques. Avec Patrick Dewael (Open Vld) à la Chambre et Sabine Laruelle (MR) au Sénat, la famille libérale engrange deux présidences. Les socialistes croient déceler dans la candidature de Mme Laruelle les suites de l’accord intervenu dans la formation du gouvernement bruxellois. A Bruxelles, le MR restera dans l’opposition en dépit des nombreuses tentatives de rallier la majorité.

“Le MR n’est pas si isolé”

Dans les rangs réformateurs, on indique que cela fait plusieurs jours qu’une candidature MR était en préparation, soutenue par des partis flamands. Ces dernières heures, Charles Michel a fait chauffer son téléphone, apprenant qu’Elio Di Rupo en avait fait de même, indique une source libérale. “Manifestement, il a réussi à convaincre (les présidents du CD&V et du cdH) Wouter Beke et Maxime Prevot. Ils ont semble-t-il changé leur vote, cela prouve que le MR n’est pas si isolé que certains le prétendent”, précise cette source, y voyant un “rééquilibrage des zones d’influence”.