Plein écran
© BELGA

“Sidérant”, “N'importe quoi”: le MR réagit aux propos de Catherine Moureaux sur le retrait des vélos Uber

Les propos de Catherine Moureaux au sujet du retrait des vélos d’Uber à Molenbeek ont été vivement critiqués au sein du MR. Selon la bourgmestre de Molenbeek, cette décision n’a pas été prise à cause du vandalisme, mais plutôt “pour des raisons commerciales.” 

Invitée sur le plateau de BX1 vendredi dernier, la bourgmestre de Molenbeek Catherine Moureaux réagissait à la polémique des vélos Jump qu’Uber a décidé de retirer de la circulation dans quatre communes bruxelloises. “Il faut les mêmes services partout. C’est ça qui est délicat avec une entreprise privée parce que son but n’est pas celui-là. En réalité, on a bidouillé les dispositifs de sécurité pour ne pas payer. Il ne s’agit pas d’un vélo cassé ou jeté”, déclarait-elle, ajoutant que “le seul moment où Uber fait appel aux autorités locales, c’est quand il a déjà pris la décision de partir. Tout cela ressemble à une forme de capitalisme assez dur.” 

“On ne peut accepter cette attitude!”

Des propos qui n’ont visiblement pas plu du côté des libéraux. Georges-Louis Bouchez a réagi sur Twitter. “Que Catherine Moureaux ne veuille pas voir les réalités de Bruxelles n’est pas neuf. Mais ce qui est sidérant, c’est cette capacité à reproduire les mêmes erreurs”, écrit le libéral. “Pendant ce temps, la région ne cesse de se dégrader. On ne peut accepter cette attitude!”

Le député et chef de groupe MR/VLD à la Ville de Bruxelles, David Weytsman, a aussi commenté la sortie de Catherine Moureaux : “N’importe quoi! Évidemment qu’il y a de gros problèmes de vandalisme dans ces quartiers… Et amusant de voir le PS regretter le départ d’Uber”.