Plein écran
Willy Borsus, ministre-président wallon. © belga

Signature du nouvel accord non-marchand wallon ce jeudi

Les représentants du gouvernement wallon, dont le ministre-président Willy Borsus, et les partenaires sociaux signeront jeudi après-midi le nouvel accord pour le secteur non-marchand portant sur la période 2018-2020.

L'accord, conclu à la mi-mars après plus de deux ans de négociations, concerne plus de 58.000 travailleurs temps plein des secteurs privés et publics du non-marchand en Région wallonne, rappelle le SETCa en se réjouissant de la signature de "cet accord essentiel".

Le texte prévoit notamment l'octroi d'une prime annuelle de l'ordre de 500 euros brut pour l'ensemble des travailleurs et accorde la possibilité de deux jours de congé supplémentaires avec embauche compensatoire après négociation en commission paritaire (pour les entreprises de travail adapté du secteur privé) ou au niveau local (pour les travailleurs du secteur public) afin de répondre à des problématiques liées à la pénibilité.

Il soutient également la mise en place de mesures spécifiques pour les organisations patronales, dont la revalorisation de fonctions de cadres, et pour les organisations syndicales avec une augmentation de la prime syndicale.

Le dernier accord remontait à 2011
Pour financer ces mesures, 10 millions ont été affectés en 2018, 20 millions cette année et 30 millions l'année prochaine, date à partir de laquelle ces 30 millions deviendront récurrents.

"Sur cette base, il a été décidé de réinscrire les 10 millions d'euros disponibles en 2018 et de les attribuer aux secteurs concernés afin de compenser le non-engagement de ce montant l'année dernière faute d'accord. Combinés aux 20 millions qui doivent être engagés et liquidés en 2019 en leur faveur, cela permettra de mener, dès cette année 2019, un accord portant sur 30 millions d'euros", dont 23,6 millions pour le secteur privé et 6,4 pour le public, avait précisé en mars dernier la ministre régionale de l'Action sociale, Alda Greoli (cdH). Le dernier accord non-marchand en Wallonie remontait à 2011.