Plein écran
© Photo News

Sivry-Rance et Momignies disent aussi “non” au retour en classe: “Inapplicable”

Fleurus a été la première ville en Wallonie à interdire la reprise partielle des cours dans les écoles le 18 mai prochain. C’est pourtant la recommandation du Conseil National de Sécurité (CNS). Dans la région de Charleroi, Pont-à-Celles, Aiseau-Presles et Chapelle-lez-Herlaimont ont rejoint le mouvement. Dans l’arrondissement de Thuin, deux autres communes se sont ajoutées à la liste.

Les communes de Sivry-Rance et de Momignies n’autoriseront pas la reprise des cours le 18 mai prochain. Le bourgmestre de Sivry-Rance, Jean-François Gatelier (cdH), conteste sur sa page Facebook la décision prise par le CNS: “La mesure des silos souhaitée pour la rentrée est inapplicable à moins d’isoler chaque enfant dans la cour de récréation.”

La logique des silos consiste à garder les mêmes personnes dans les mêmes groupes. “Comment faire pour que les enfants qui sont au cours le lundi ne croisent pas d’autres enfants quand ils seront à la garderie le mardi?” se demande le maïeur. “Idem dans les sanitaires.”

Autres raisons

Jean-François Gatelier invoque aussi d’autres raisons à son refus de voir les cours reprendre avant le 30 juin: “Parce que la situation sanitaire de l’épidémie est incertaine. Parce que tous les élèves doivent être sur le même pied d’égalité. Parce que les enseignants ne doivent pas mettre leur santé en danger et jouer les infirmières. Parce que les décisions prisent par le gouvernement sont incomprises par la population. Parce que cette situation est culpabilisante et stressante pour les parents car ce n’est pas aux parents de décider de mettre ou pas leurs enfants à l’école quand une obligation scolaire existe depuis plus d’un siècle dans ce pays (1914).”

La commune de Momignies partage globalement ce point de vue et a pris une décision identique mercredi. Elle estime également que le délai qui lui est imparti pour organiser la réouverture des classes en toute sécurité est insuffisant.

Retrouvez, ici, toute l’actualité de Charleroi et de sa région.

  1. Encore un milliard d'euros pour faire face à la crise: “L’argent dépensé, il faudra le récupérer quelque part”

    Encore un milliard d'euros pour faire face à la crise: “L’argent dépensé, il faudra le récupérer quelque part”

    La commission des Finances de la Chambre a approuvé mardi, à l'unanimité moins l'abstention du PTB, le projet de loi qui couvre les crédits fédéraux pour avril, mai et juin. Le texte accorde un milliard d'euros à la provision interdépartementale afin de faire face aux dépenses urgentes de la crise. Une grande partie sera affectée aux dépenses sanitaires, a indiqué le ministre du Budget, David Clarinval.