Plein écran
© thinkstock

Six ans ferme pour viols et inceste sur deux générations

Le tribunal correctionnel de Charleroi a condamné un homme à 6 ans de prison ferme pour des viols et attentats à la pudeur sur ses deux petits-enfants et sur la fille de son frère. Le dévoilement de l'affaire avait permis d'apprendre qu'il s'était rendu coupable de abus similaires sur ses propres enfants, faits aujourd'hui prescrits.

Le tribunal correctionnel de Charleroi a rendu sa décision mercredi dans un dossier de mœurs qui a ravagé toute une famille de la région. Le prévenu était en effet soupçonné d'attouchements et de viols sur deux de ses petits-enfants, ainsi que sur la fille de son frère. La plus jeune des victimes n'avait que 6 ans au moment des faits.

Aveux en religion
Le scandale a éclaté voici quelques mois lorsque la nièce du prévenu s'est confiée lors d'un cours de religion axé sur la sexualité. Elle a avoué que, sept ans plus tôt, son oncle lui avait embrassé le sexe. D'autres révélations ont suivi dans la famille, et en particulier celles des deux petits-enfants de l'individu qui ont quant à eux évoqué des viols.

Conseil des parties civiles, Me Nicolas Tzanetatos avait confié à l'audience que le prévenu n'en était pas à son coup d'essai puisqu'il s'était déjà rendu coupable d'abus sexuels sur ses propres enfants, parents des victimes actuels. Ces faits étant prescrits, le suspect n'a jamais été sanctionné et a pu reproduire ce comportement sur la deuxième génération. L'avocat avait sollicité une sanction juste qui prenne en compte la souffrance des jeunes victimes, mais également de leurs parents.

Risque de récidive
Au parquet, le substitut Bouilliez avait réclamé une peine de prison ferme, notant que le prévenu s'apitoyait sur son propre sort, lui qui affirme avoir été violé également durant son enfance. Le magistrat estime qu'il ne fait preuve d'aucun amendement et pointe le rapport psychiatrique relevant un risque élevé de récidive.

Me Cigna, conseil du prévenu, avait sollicité la requalification des faits de viols en attentats à la pudeur. Son client est en effet revenu sur ses déclarations pour nier finalement toute pénétration. L'avocate avait donc sollicité un sursis probatoire afin qu'il puisse soigner sa déviance.

Ce mercredi, le tribunal a estimé les faits de viols établis pour deux des trois victimes, requalifiant la prévention en attentat à la pudeur avec violence pour la troisième. Le prévenu a finalement écopé de 6 ans de prison ferme.

  1. Le patron de l'armée réclame 2,4 milliards d'euros supplémentaires d'ici 2024

    Le patron de l'armée réclame 2,4 milliards d'euros supplémen­tai­res d'ici 2024

    La Défense devra disposer de 2,4 milliards d'euros supplémentaires au cours de l'actuelle législature - soit d'ici 2024 - pour renouveler son matériel, assurer sa transformation et recruter quelque 10.000 nouveaux militaires en renforçant l'attractivité du métier des armes face à la concurrence du marché de l'emploi dans le secteur civil, a affirmé vendredi le "patron" de l'armée, le général Marc Compernol.