Plein écran
© BELGA

Six changements du code de la route à connaître

Les usagers faibles seront mieux protégés grâce aux six changements du code de la route, qui entreront en vigueur à la fin de ce mois de mai. Le parlement a adopté ses nouvelles réglementations en faveur des cyclistes et les piétons. 

Publiés au Moniteur belge ce mercredi 20 mai, les trottinettes électriques peuvent désormais rouler à du 25 km/h au lieu de 18. Du côté des véhicules, il faudra désormais laisser 1,50m au lieu d’1m entre le vélo et la voiture pour doubler un cycliste. 

Les speed pedelec, les vélos électriques rapides, peuvent rouler à deux de front sur la chaussée. Du côté des usagers à pied, si un passage pour piétons est disponible à moins de 20m d’eux (au lieu de 30m actuellement), il faudra obligatoirement l’utiliser. 

Enfin, pour les cyclistes, les enfants de moins de dix ans peuvent désormais rouler sur les trottoirs. Des feux de signalisation représentant la silhouette d’un vélo et spécialement reservés aux cyclistes pourront être installés. Sur les carrefours équipés, le feu passera simultanément au vert pour tous les piétons et les cyclistes qui le traversent, quelle que soit la direction empruntée. Pendant ce temps, le trafic motorisé est interrompu dans toutes les directions.

  1. La branche belge de Thomas Cook cherche à limiter l'impact de la faillite sur ses clients et ses employés

    La branche belge de Thomas Cook cherche à limiter l'impact de la faillite sur ses clients et ses employés

    Thomas Cook Belgique regrette que sa maison mère, Thomas Cook Group Plc, n'a pas trouvé de solution aux problèmes financiers et a dû déposer son bilan dans la nuit de dimanche à lundi, après l'échec des pourparlers avec ses créanciers. Thomas Cook Belgique, avec les marques Thomas Cook et Neckermann, emploie 600 personnes et 700.000 clients partent en vacances via ce tour-opérateur.
  2. Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Réuni sur la côte, à Bredene, dans le cadre du festival ManiFiesta, le PTB a une nouvelle fois revendiqué dimanche la nécessité de mener une "politique de rupture" pour redonner du sens aux citoyens et repousser les extrêmes à droite, le racisme et le séparatisme. Mais à les entendre, les partis traditionnels n'ont toujours pas entendu le message de l'électeur le 26 mai dernier. Demandeur d'un vaste plan de réinvestissement public de 10 milliards d'euros, le PTB fustige notamment l'opération de privatisation des actifs de Nethys. "C'est ce genre de pratiques que nous reprochons aux dirigeants du parti socialiste. C'est une des raisons principales de notre rupture des négociations avec le PS pour un nouveau gouvernement wallon", a indiqué le président Peter Mertens.