Soixante terroristes et détenus radicalisés bientôt libérés: “Le risque est très faible”

BelgiqueSoixante condamnés pour terrorisme et détenus radicalisés pourront quitter la prison en 2020 et en 2021, selon les chiffres du ministre de la Justice Koen Geens cités dans De Tijd mercredi. Toutefois, une récente étude pointe que le risque de récidive est faible.

Archive d'illustration
Plein écran
Archive d'illustration © photo_news

Trente-trois de ces profils peuvent être libérés cette année, et 27 autres l'an prochain, selon une réponse du ministre à une question parlementaire.

Risque de récidive faible

Le risque de récidive est très faible selon Thomas Renard, chercheur à l'Institut d'Egmont, qui s'est penché sur le cas de 557 terroristes condamnés en Belgique depuis les années 1990. Le pourcentage de récidive est de 5%, soit plus bas que le taux de récidive pour des autres faits de criminalité. 

Conviction du grand public

"L'hypothèse courante parmi le grand public, mais aussi parmi les services de sécurité, est qu'il existe un risque élevé de récidive chez toute personne condamnée pour terrorisme, mais mon étude prouve exactement le contraire", déclare M. Renard.

  1. Kidnapping à Genk: le principal suspect était sous conditions probatoires

    Kidnapping à Genk: le principal suspect était sous conditions probatoi­res

    Le principal suspect dans l'enlèvement d'un enfant limbourgeois de 13 ans, Khalid Bouloudo, 45 ans et originaire de Maaseik, a déjà été condamné pour son passé d'islamiste radical. Il avait écopé de dix ans de prison en première instance, mais la cour d'appel de Bruxelles a revu cette condamnation en mai 2019 à trois ans de prison avec sursis, couplés à une période probatoire de cinq ans. Malgré ces conditions, il semble que le quadragénaire ait disparu des radars et ait continué à recruter des extrémistes afin de monter cette récente prise d'otages.