“Solidarité Culture Liège”, l’appel lancé pour aider les structures culturelles

L’action “Solidarité Culture Liège” demande aux responsables politiques de la Ville et de la Province de prendre en considération des associations peu ou pas subventionnées. Une pétition en ligne a déjà récolté plusieurs centaines de signatures.

Plein écran
© D.R.


Liège, aussi bien du côté de la Ville que de la Province, est riche d’un tissu culturel et associatif incroyable. Entre les salles de spectacle, celles dédiéés à la musique, les galeries d’arts, les ateliers et cours artistiques divers, c’est peu de dire que la culture liégeoise est très riche. Pourtant, elle connaît une période extrêmement difficile.

Au-delà des mesures sanitaires dont découlent l’annulation de quasi toutes les activités culturelles et associatives en Cité Ardente, la crise du coronavirus met à mal de trop nombreuses petites structures. Faute de revenus depuis de nombreuses semaines, celles-ci pourraient avoir du mal à se relever. En effet, la majorité de ces associations passent entre les mailles des mécanismes de soutien actuellement mis en œuvre par la Région Wallonne, ou encore le fonds, tout aussi exceptionnel que limité pour la culture, mis en œuvre par la Fédération Wallonie Bruxelles.

Afin d’interpeller les responsables politiques de la Ville et de la Province, l’appel “Solidarité Culture Liège” invite les personnes et institutions concernées à répondre à un questionnaire et invite, en outre, tout un chacun à signer une pétition en ligne. Les initiateurs de cet appel demandent que soit augmentés les budgets alloués à la culture afin d’apporter, dès à présent, une aide concrète à tous ces acteurs fragilisés du secteur, et par conséquent de limiter les dégâts culturels, économiques et humains engendrés par la pandémie.

Outre de nombreux anonymes, on retrouve plusieurs grands noms du secteur culturel, comme Jean-Pierre Dardenne, pour ne citer que lui, et des structures telles que Kultura, les Grignoux ou encore la Biennale de l’Image Possible.

Le 20 mai, l’ensemble des informations et signatures récoltées seront envoyées aux Collèges de la Ville et de la Province de Liège.

Retrouvez ici toute l’actualité de la région liégeoise.

  1. Une quarantaine en labo sous supervision de virologues: la solution de Marc Van Ranst pour le chat péruvien

    Une quarantai­ne en labo sous supervisi­on de virologues: la solution de Marc Van Ranst pour le chat péruvien

    Le désormais célèbre virologue Marc Van Ranst a communiqué à l’avocat de Selena Ali, la propriétaire du chat péruvien, que son laboratoire de l’université de Louvain pouvait se charger de la quarantaine de Lee. “Vu que la rage est une maladie excessivement mortelle, et qu’elle nécessite des précautions extrêmes, une période de quarantaine peut être nécessaire”, résume-t-il en ajoutant qu’il est hautement improbable que le petit chat développe la maladie ultérieurement.