“Solidarité Culture Liège”, l’appel lancé pour aider les structures culturelles

L’action “Solidarité Culture Liège” demande aux responsables politiques de la Ville et de la Province de prendre en considération des associations peu ou pas subventionnées. Une pétition en ligne a déjà récolté plusieurs centaines de signatures.

  1. Il décharge des vivres pour des démunis et doit payer 116 euros d’amende

    Il décharge des vivres pour des démunis et doit payer 116 euros d’amende

    Yves Losseau est un ancien avocat d’Anderlues. Aujourd’hui retraité, il vit depuis quatre ans en Côte d’Ivoire où il participe à des projets humanitaires. Suite à la crise du coronavirus, cet homme de loi est de retour temporairement dans la région carolorégienne. Il y distribue régulièrement des repas aux plus démunis. Le présentateur vedette du Journal Télévisé (JT) de la RTBF, François De Brigode, lui a notamment déjà prêté main forte.
  2. En tant que jeune comédien, Mathieu craint pour l’avenir: “On se dit qu’on ne pourra plus faire notre métier”

    En tant que jeune comédien, Mathieu craint pour l’avenir: “On se dit qu’on ne pourra plus faire notre métier”

    Depuis le début du confinement, et encore maintenant, de nombreuses voix s’élèvent dans le secteur culturel. Comédiens, chanteurs, musiciens, metteurs en scène, beaucoup regrettent que leur cas n’ait pas encore été abordé par le Conseil National de Sécurité. En plus de cela, Mathieu Laviolette, un jeune comédien originaire de Verviers, craint ce qu’il va se passer dans les mois qui vont suivre la crise sanitaire.
  3. Le coronavirus ou la difficile crise du secteur culturel: “Les politiques vont devoir nous rendre des comptes !”

    Le coronavi­rus ou la difficile crise du secteur culturel: “Les politiques vont devoir nous rendre des comptes !”

    Le secteur culturel connaît ce que l’on pourrait appeler “une (très) mauvaise passe”. Concerts, soirées, expositions, événements, tous sont annulés à cause du coronavirus. Les festivals risquent bien d’être les prochains douloureusement impactés. Pour Fabrizio Borrini, il est temps de repenser notre manière de vivre et de repenser à la façon d’aider les artistes.