Plein écran
Le nombre de demandes d'asile est en augmentation depuis quelques mois. © belga

Sommes-nous vraiment "submergés" par les demandes d'asile?

Le secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration Theo Francken a récemment décidé de limiter à 60 voire 50 par jour le nombre d'enregistrements de demandes d'asile par l'Office des étrangers, en donnant la priorité aux personnes les plus fragiles. En cause, un nombre accru de demandes enregistrées ces dernières semaines. Dans les colonnes de Het Laatste Nieuws, la députée fédérale CD&V Nahima Lanjri affirme que le secrétaire d'Etat laisse entendre que notre pays est actuellement "submergé" par les demandes d'asile. Mais est-ce réellement le cas?

Le nombre de demandes d'asile est effectivement en augmentation depuis quelques mois. Ainsi, au mois d'octobre, 2.750 demandes ont été déposées, selon les statistiques du Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides (CGRA). Il n'y en a jamais eu autant depuis le début de l'année 2016, une période qui marquait une certaine accalmie dans la crise migratoire qui a débuté à l'automne 2015. Le record absolu date de septembre 2015 avec 6.830 demandes d'asile enregistrées.

Le nombre de demandes d'asile est resté relativement stable depuis la mi-2016, aux alentours de 1.700 par mois. Elles sont ensuite reparties à la hausse en juillet 2018 lorsque l'Office des étrangers a en comptabilisées plus de 2.000. Elles ont ensuite progressivement augmenté pour atteindre le nombre de 2.750 en octobre. Aucun chiffre n'est encore disponible pour le mois de novembre.

Plein écran
Le nombre de demandes d'asile en Belgique depuis 2014 © HLN, CGRA

Le même phénomène en Allemagne et aux Pays-Bas

Ce phénomène s'est aussi produit chez nos voisins néerlandais et allemand, a indiqué l'Office des étrangers à Het Laatste Nieuws. Fin 2017, les Néerlandais recevaient en moyenne 2.300 demandes d'asile chaque mois. Ce chiffre a grimpé à 2.900 au cours trois derniers mois. En ce qui concerne l'Allemagne, qui a accueilli 900.000 migrants en 2015 puis encore 280.000 l'année suivante avant refermer progressivement le verrou, le nombre de demandes d'asile connait une hausse depuis l'été. Une augmentation toutefois moins prononcée qu'au printemps. En septembre, le nombre de demandeurs d'asile a soudainement diminué, mais avec environ 15.000 demandes en octobre, le pays a retrouvé son niveau de janvier.

Plein écran
Le nombre de demandes d'asile en Belgique, aux Pays-Bas et en Allemagne depuis le début de l'année 2018. © HLN, CGRA,IND, BAMF

Francken maintient le cap

Face à ce regain de demandes, Theo Francken a pris la décision de les limiter à une soixantaine par jour. Selon le patron de l'Office des étrangers Freddy Roosemont, il s'agit plutôt d'une directive. "Toutes les personnes vulnérables bénéficient de services de garde, même après les heures de fermeture", précise M. Roosemont.

Malgré les appels lancés dans l'opposition mais aussi dans la majorité, Francken compte maintenir son cap. "C'est la décision que j'ai prise et je m'y tiens", a-t-il déclaré mardi en commission de l'Intérieur de la Chambre. 

Plein écran
Theo Francken a décidé de limiter à 60 par jour les demandes d'asile en Belgique. © photo_news

Le réseau d'accueil Fedasil bientôt saturé

Le réseau d'accueil de Fedasil est à la limite de la saturation, a affirmé Theo Francken. Plusieurs mesures ont été prises, dont la prolongation des centres d'urgence jusqu'au mois de juin et la réintroduction du travail le samedi pour les fonctionnaires de l'Office afin de traiter l'afflux de dossiers.

Quels pays d'origine?

Le secrétaire d'Etat a souligné la forte augmentation du nombre de demandes en provenance de Palestine, en particulier des hommes seuls venant de Gaza. Le nombre de demandes de protection internationale a effectivement augmenté ces derniers mois, passant d'environ 150 au printemps à 350 aujourd'hui. Le nombre de Syriens, le groupe le plus important depuis plusieurs années, a également augmenté en octobre pour atteindre un peu moins de 500 personnes.

Le taux de reconnaissance par le Commissariat Général des Réfugiés et Apatrides (CGRA) des Palestiniens avoisine les 90%. La politique menée par cette instance qui accorde les statuts de protection est toutefois en révision, a précisé M. Francken. D'ici, la fin de la semaine, le CGRA devrait publier une nouvelle note sur la Palestine. Le secrétaire d'Etat va également se concerter avec son collègue de la Justice car il soupçonne l'implication de filières illégales auxquelles la Grèce et Chypre ont déjà eu à faire.

Plein écran
Le nombre de demandes d'asile en Belgique en provenance des pays les plus représentés. © HLN, CGRA

Conclusion: pas d'inondation, mais bien une augmentation

La députée Nahima Lanjri (CD&V) a accusé le secrétaire d'Etat de présenter ces chiffres comme une "inondation." Néanmoins, Francken lui-même n'a pas employé ce terme. Il a en revanche déclaré que la Belgique était en "mode de crise." Si l'emploi de ces mots peut être discuté, les chiffres montrent clairement que le nombre de demandes d'asile est en hausse. Par rapport à 2015, l'augmentation est notable, même si cette année reste une exception.

Plein écran
Nahima Lanjri, députée fédérale CD&V. © photo_news