Plein écran
© Photo News

Sophie Wilmès nommée formatrice par le Roi

Mise à jourLe Roi a chargé Sophie Wilmès de former le prochain gouvernement, annonce le Palais lundi midi.

Auparavant, le Roi avait reçu Patrick Dewael et Sabine Laruelle qui lui ont remis leur rapport final. “Il en ressort que le gouvernement démissionnaire dispose d’un soutien suffisant au parlement lui permettant de poursuivre la gestion des problèmes urgents auxquels notre pays doit faire face”, précise le Palais.

Le Roi a donc mis fin à la mission de Patrick Dewael et de Sabine Laruelle et “a exprimé son appréciation pour le travail réalisé”, ajoute-t-il. Le souverain a ensuite chargé Sophie Wilmès de former le gouvernement. Elle a accepté cette mission.

Au terme d’un week-end de négociations, les partis de l’opposition (sauf les extrêmes) ont décidé de soutenir le gouvernement minoritaire et de lui octroyer des pouvoirs spéciaux, pour une durée maximale de six mois, afin de faire face à la crise du coronavirus et à ses conséquences. 

Une réunion est prévue ce lundi à 17h00 entre le kern et les représentants des sept autres partis. Les contours des pouvoirs spéciaux ainsi que la méthode de travail pour les prochaines semaines devraient y être définis. Ces pouvoirs spéciaux, permettant notamment de travailler plus rapidement, seront valables pour une période trois mois, renouvelable une fois, soit un maximum de six mois. 

Lire la suite de l’article sous la vidéo

Patrick Dewael: “Les politiques vont réapprendre à collaborer”

“Je suis convaincu que dans les semaines à venir, nous travaillerons dans un autre climat et que nous pourrons, dans les mois à venir, bâtir un accord de gouvernement complet", a affirmé plus tôt lundi Patrick Dewael dans l’émission “De Ochtend” sur Radio 1. 

"Normalement, pour former un gouvernement, on négocie des jours et des jours sur des sujets difficiles mais l'impact du coronavirus va atteindre un pic dans les jours qui viennent. C'est pourquoi je dis: 'first things first - commençons par le commencement, ndlr - mais ce qui n'est pas interdit est permis. Les politiques vont réapprendre à collaborer et je suis convaincu que ça va faire naître un autre climat qui permettra, dans les mois à venir, de construire un accord de gouvernement complet qui traitera de tout", a expliqué M. Dewael. 

Plein écran
© EPA
  1. Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confinement

    Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confine­ment

    Une enquête menée par l’agence iVOX auprès de 5.000 Belges nous en apprend davantage sur le bonheur (familial) en pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Selon l’étude, nous nous disputons moins avec notre partenaire, mais plus souvent avec les enfants. Dans le même temps, nous sommes reconnaissants de pouvoir passer plus de temps avec nos familles et nous voulons améliorer nos vies après cette crise.
  2. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.