Soupçonné d'avoir violé un mineur, il rejette la faute sur Satan

Le ministère public a requis, jeudi, devant le tribunal correctionnel de Tournai, une peine de 18 mois de prison minimum contre un homme de 51 ans, poursuivi pour avoir commis un viol sur un adolescent de 14 ans à Mouscron. Le jeune homme accuse le prévenu de l'avoir obligé à pratiquer une fellation dans sa voiture, à l'abri des regards sur un parking. Il dit aussi avoir été victime d'un viol technique. Le prévenu, père de sept enfants, rejette la faute sur Satan qui aurait mis ce jeune sur sa route.

Il ressort de l'enquête que le prévenu et la victime avaient déjà entretenu un rapport sexuel consenti en septembre 2013, sur un parking. Le jeune homme, qui avait avoué son homosexualité à ses proches, voulait tenter l'expérience d'une fellation. Ils ont maintenu le contact par SMS jusqu'au 13 octobre 2013.

La victime prétend que ce jour-là, le prévenu l'a obligée à monter dans sa voiture et à pratiquer une fellation. L'acte a été suivi d'un viol technique. Une plainte a été déposée après que la famille et les proches du jeune homme ont compris pourquoi il avait un comportement à la fois agressif et dépressif.

Interpellé par la police, le prévenu avait avoué avoir eu une relation sexuelle avec la victime mais il prétend que c'est la victime qui l'avait forcé. "C'est de la faute de Satan qui l'a mis sur mon chemin", a dit le prévenu au psychologue qui l'a examiné. La défense a demandé un sursis probatoire. Jugement le 12 février.