Plein écran
© Photo News

Standard-STVV: fallait-il vraiment ajouter 8 minutes d'arrêts de jeu?

Le panneau brandi par le quatrième arbitre à la fin du duel entre Saint-Trond et le Standard a interpellé de nombreux (télé)spectateurs et observateurs, dimanche après-midi. En cause, les huit minutes d'arrêts de jeu. Un temps additionnel justifié? Chronomètre en main, nous avons visionné à nouveau la seconde période et comptabilisé la durée des différentes interruptions.

Saint-Trond a dû lutter (longtemps) pour conserver son avantage d’un but face au Standard. Le soulagement n’est intervenu qu’à la... 98e minute.  Le temps additionnel de huit minutes a suscité certains commentaires et interrogations, sur les réseaux sociaux notamment. 

Pas compliqué de vérifier.  Six changements ont été effectués, en suivant la règle de 30 secondes ajoutées par remplacement , nous arrivons à un total de 180 secondes, soit trois minutes. Lors du second remplacement trudonnaire, l’équipe médicale locale est montée sur la pelouse pour soigner Masoudi, allongé sur la pelouse. L’interruption a duré 90 secondes, Il convient donc d'ajouter une minute. Le jeu a donc été arrêté durant quatre minutes lors des changements. 

Plein écran
© BELGA

Le VAR utilisé, les soigneurs appelés

L’appel au VAR avant le penalty finalement accordé au Standard a pris 50 secondes. Les deux interventions des soigneurs pour s’occuper de Pol Garcia respectivement 60 et 40 secondes. Soit 2 minutes 30 à ajouter aux quatre minutes précédentes.  (Vous nous suivez toujours?)

Derrière interruption majeure, la blessure de Boli. L'attaquant a été pris en charge par une partie du staff trudonnaire durant une minute. 

Durée totale des arrêts de jeu, 450 secondes, soit 7 minutes 30. Sans oublier les “petits” gains de temps comme les secondes grappillées par Daniel Schmidt avant les coups de pied de but, etc. 

Conclusion? Une décision tout à fait cohérente. 

Plein écran
© BELGA
  1. Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge
    mise à jour

    Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge

    Cinq hommes – trois Belges, un Néerlandais et un Britannique - sont accusés d’être au cœur d’un réseau pédophile sans précédent, qui a été actif en Belgique et à l’étranger. Ils auraient durant plusieurs années, fabriqué et diffusé de la pédopornographie. Il est question de 9 millions de photos et vidéos. Les suspects, pères de famille et célibataires, comparaissent vendredi devant le tribunal correctionnel de Termonde. Il y aurait des milliers de victimes, dont 38 ont pu être identifiées pour l’instant par les enquêteurs. Il s’agit des propres enfants des suspects, beaux-enfants et enfants de connaissances. “C’est le plus gros dossier depuis la création de Child Focus”, confirme Kris Luyckx, l’avocat qui représente l’organisation qui lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants.
  2. Un cas d'euthanasie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Un cas d'euthana­sie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Le médecin qui a procédé à l'euthanasie volontaire de Tine Nys (38 ans) en 2010, et qui doit répondre d'empoisonnement devant la cour d'assises de Gand, a indiqué lundi qu'il s'était conformé à la loi sur l'euthanasie. "J'ai effectué une euthanasie légalement correcte. Celle-ci a été approuvée à l'unanimité par les personnes qui examinent les conditions légales", a déclaré le médecin, se référant à la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie.