Jean-Luc Crucke, ministre wallon du Budget.
Plein écran
Jean-Luc Crucke, ministre wallon du Budget. © photo_news

Taxation au kilomètre: le ministre Crucke n'embraie pas sur la FEB

Le ministre wallon des Finances Jean-Luc Crucke (MR) n'a pas vraiment soutenu, mercredi en plénière du parlement wallon, la demande de la Fédération des entreprises de Belgique (FEB) d'instaurer la taxation kilométrique à la place des taxes de circulation. Il a insisté sur la nécessaire "neutralité" pour le portefeuille de l'automobiliste wallon.

  1. Seulement 2,5 journées d’école en 50 jours suite à des quarantaines en cascade

    Seulement 2,5 journées d’école en 50 jours suite à des quarantai­nes en cascade

    Les règles d’isolement et de quarantaine sont le sujet numéro 1 des parents excédés à la sortie des écoles... du moins s’ils ont encore la “chance” de s’y rendre actuellement. Car s’ils jouent de malchance, les enfants contaminés se retrouvent parfois deux semaines cloîtrés à la maison, voire davantage. Et ce même s’ils sont restés en pleine forme, ou sont parfaitement rétablis depuis plusieurs jours. Certains parents se reconnaîtront même dans le cas malheureusement pas isolé de Klaas Geussens, un père dont les enfants sont scolarisés à Saint-Trond. Suite à des quarantaines en cascade, ses deux fils n’ont eu que 2,5 journées d’école en 50 derniers jours. Une situation qui a des répercussions évidentes sur les enfants, mais aussi sur leurs parents.
  2. Pour ce Bruxellois, les nouvelles émeutes sont la goutte d'eau qui fait déborder le vase: “Je déménage”

    Pour ce Bruxellois, les nouvelles émeutes sont la goutte d'eau qui fait déborder le vase: “Je déménage”

    Bruxelles panse ses plaies après les ravages causés par les émeutes qui ont éclaté en marge de la manifestation contre les mesures sanitaires ce dimanche. Panneaux de signalisation, poubelles, mobilier urbain, mais aussi des restaurants et des immeubles d’habitation et de bureaux ont une nouvelle fois été la cible de casseurs. Les riverains et commerçants du quartier européen en ont plus qu’assez de la violence quasi hebdomadaire. “C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase”, confie Hendrik Duenk, en colère.
  3. Ces écoles courtraisiennes arrêtent de suivre les règles: “Nous ne fermons plus les classes dès 4 contaminations”

    Ces écoles courtraisi­en­nes arrêtent de suivre les règles: “Nous ne fermons plus les classes dès 4 contamina­ti­ons”

    “Il ne s’agit pas de constituer un mouvement anti, et nous continuons à prendre le virus au sérieux et à tout faire pour assurer un environnement sûr tant pour nos élèves que notre personnel, mais nous ce ne sera plus en suivant ces mesures de quarantaine”, lit-on dans une lettre ouverte publiée par toutes les directions du groupe d’écoles courtraisiennes Rhizo. Adressé au ministre flamand de l’Enseignement Ben Weyts (N-VA), le courrier explique qu’il devient intenable pour les pouvoirs organisateurs de se tenir aux règles de quarantaine actuellement en vigueur dans l’enseignement.