Photo prétexte
Plein écran
Photo prétexte © Photo News

Test Achats demande le retour des promotions sur les produits périssables

Alors que la ruée des Belges dans les magasins alimentaires semble s'être quelque peu calmée, Test Achats demande lundi à la ministre de l'Économie d'autoriser à nouveau les promotions sur les produits alimentaires périssables.

L'organisation de défense des droits des consommateurs avance un sondage réalisé par ses soins entre le 18 et le 20 mars et selon lequel un ménage sur deux avait déjà perdu en moyenne 568 euros. "Le pouvoir d'achat de ces ménages est dès lors gravement affecté par la crise. Et l'interdiction des promotions dans les supermarchés vient s'ajouter à cette perte de pouvoir d'achat", souligne Test Achats, qui se dit contacté par "de nombreux consommateurs" qui se plaignent de la forte augmentation du prix de leurs courses. 

Éviter un nouveau pic de stockage

L'organisation de consommateurs estime par contre que les mesures actuelles d'interdiction des promotions sur les produits non-périssables peuvent rester d'application "afin d'éviter un nouveau pic de stockage" de ces articles. On se souvient que de nombreux Belges s'étaient rués sur le papier toilette à l'annonce des premières mesures de confinement.

Selon plusieurs médias, la ministre de l'Économie et des Consommateurs Nathalie Muylle (CD&V) travaillerait actuellement sur un texte afin de lever l'interdiction des promotions et des réductions dans les supermarchés, qui avait été annoncée le 19 mars. 

Test Achats indique en outre préparer une étude afin de comparer les prix "avant, pendant et après" la crise du Covid-19, afin d'en évaluer les conséquences sur le portefeuille des ménages mais aussi de déceler, le cas échéant, d'éventuels abus.

Test Achats a également lancé une plate-forme (www.testachats.be/stopabuscorona) sur laquelle les consommateurs peuvent signaler "les abus de prix - ou autres pratiques douteuses telles que des publicités trompeuses pour des remèdes miracles contre le Covid-19 - constatés dans le cadre de la crise actuelle."