Plein écran
© thinkstock

Tous les bébés liégeois systématiquement dépistés de l'amyotrophie spinale

Tous les nouveau-nés dans la région de Liège bénéficient depuis ce lundi du dépistage de l'amyotrophie spinale, maladie neuromusculaire qui provoque une faiblesse musculaire progressive, annonce le Centre hospitalier régional (CHR) de Liège. Cette maladie touche chaque année six enfants en Fédération Wallonie-Bruxelles. Ceux qui souffrent de sa forme la plus sévère et la plus fréquente (la SMA1) meurent pour la plupart avant leur deuxième anniversaire ou gardent de lourdes séquelles motrices.

Grâce à de nouveaux traitements, les enfants réussissent à survivre mais gardent toutefois un handicap significatif, explique le CHR. Alors que s'ils sont traités avant l'apparition des premiers symptômes, ils se développent pour la plupart normalement.

L'équipe du centre de référence des maladies neuromusculaires du CHR Liège, en partenariat avec le service de génétique du CHU de Liège et le centre de dépistage néonatal de Liège, ont ainsi mis en place un projet afin de démontrer l'intérêt d'un dépistage systématique de cette maladie, via le test néonatal du buvard. Ce dernier, pratiqué quelques jours après la naissance, détecte déjà 13 autres maladies.

Bientôt partout en Belgique?
Tous les bébés dans la région de Liège sont ainsi dépistés de l'amyotrophie spinale depuis ce lundi, "sans qu'aucun prélèvement supplémentaire ne soit nécessaire", souligne l'hôpital.

Le projet liégeois désire également s'étendre à l'ensemble de la Fédération Wallonie-Bruxelles ainsi qu'en Flandre, "en fonction de l'obtention de financements".

  1. Un cas d'euthanasie devant les assises: “Les médecins n'ont pas respecté la procédure”

    Un cas d'euthana­sie devant les assises: “Les médecins n'ont pas respecté la procédure”

    Les trois médecins accusés d'avoir empoisonné une femme de 38 ans qui avait sollicité l'euthanasie en 2010 n'ont pas respecté les conditions et la procédure de la loi sur l'euthanasie, a fait savoir le représentant du ministère public dans son acte d'accusation. Le médecin qui a effectué l'euthanasie n'a pas agi dans les règles et les deux autres n'étaient pas indépendants à l'égard de la patiente, a-t-il expliqué vendredi devant la cour d'assises de Flandre orientale.
  2. Les frais d’avocats de Stéphane Moreau couverts à un million d’euros, son salaire garanti pour 250.000
    Mise à jour

    Les frais d’avocats de Stéphane Moreau couverts à un million d’euros, son salaire garanti pour 250.000

    Le salaire de Stéphane Moreau, ex-administrateur délégué de Nethys, filiale de l’intercommunale Enodia, est garanti pour 250.000 euros, tandis que sa défense en justice l’est à hauteur d’un million d’euros, selon les termes d’un contrat d’assurance dont il bénéficie, rapporte vendredi la RTBF. Celui-ci couvre “les administrateurs et dirigeants passés, actuels et futurs d’Enodia” et a été souscrit le 18 juillet 2017.