Tract communautariste de Zoé Genot: Ecolo reconnaît une “grosse erreur”, le PS appelle à l'apaisement

La cheffe de groupe Ecolo Zoé Genot a affiché sa désolation mercredi sur Facebook après les répercussions d’un tract polémique jugé communautariste, retiré et condamné par son propre parti. Elle dit aussi avoir agi de la sorte pour rassurer des personnes sur les marchés “désinformées par des socialistes inquiets”. 

Plein écran
© Twitter

La candidate écologiste  reproche aux socialistes  d'avoir appelé des citoyens à ne pas voter Ecolo car “ils sont contre le foulard, contre le hallal". “Pour prouver que nous ne mentons pas sur les positions Ecolo, nous googlons et montrons les articles (...) pour que les personnes puissent vérifier. Ne pas prendre les gens pour des débiles : dire la même chose dans les médias, sur les marchés et dans les parlements. Ce qu a toujours fait ECOLO.” 

Pas de “communautarisme”

"Le communautarisme, c'est adapter son discours en fonction du public", dénonce-t-elle a contrario. Elle dit assumer ses positions partout, que ce soit la reconnaissance du génocide arménien, l'adoption homosexuelle. Aujourd'hui, Zoé Genot regrette "vraiment que ceux qui veulent affaiblir Ecolo et le nécessaire changement écologique, social et éthique aient eu à cause" d'elle "une nouvelle munition".

“Grosse erreur”

Elle se dit "vraiment désolée pour les personnes qui ont été choquée par le tract d'invitation au débat sur les libertés convictionnelles et reprenant les réponses des partis sur ces aspects faites au journal La Libre Belgique". Selon elle il s'agissait d'"une grosse erreur: la non concertation avec la régionale".

Le PS appelle à l'apaisement

“On doit tous faire de l’apaisement, sinon on va créer des tensions qui, demain, seront des germes, qui vont nourrir les populismes de tout bord, les extrémismes de tout bord. Il faut revenir vers les vrais sujets qui sont les sujets économiques et sociaux, la précarité énergétique et sanitaire, la discrimination à l’embauche. C’est là-dessus qu’on nous attend”, a déclaré le chef de groupe PS, à la Chambre, Ahmed Laaouej, interrogé sur Bel-RTL.

Il dénonce une “opération de manipulation de masse” et salue le “recadrage” des Verts. “Cela crée des tensions sur le terrain. Les gens ne comprennent pas d’être ainsi pris en otage. Il faut aujourd’hui que chacun ait le sens des responsabilités. On ne va pas commencer à exciter les populations sur des questions particulièrement sensibles qui touchent à leur identité, à leur conviction et leur situation personnelle”

Plein écran
Zoé Genot, cheffe de groupe Ecolo © Photo News